Menu

Reproduction bovineLe cap des 800 000 doses en insémination par l'éleveur franchit

7,5 % des élevages pratiquant l'insémination ont recours à l'IPE (©Terre-net Média) 
7,5 % des élevages pratiquant l'insémination ont recours à l'IPE (©Terre-net Média) 

L'insémination par l'éleveur a été pratiquée dans un peu plus de 5 600 élevages bovins durant la campagne de reproduction 2021, une hausse de 4 % par rapport à la campagne précédente.

L'insémination par l'éleveur a représenté 13 % des inséminations totales en bovin durant la campagne de reproduction 2020-2021, explique l'Institut de l'élevage dans le bilan des inséminations animales bovines 2021. Ainsi, 834 256 inséminations ont été réalisées par des éleveurs en 2021. C'est 8 % de plus que lors de la campagne précédente, et 521 000 IA de plus qu'il y a dix ans.

88 % des IAT IPE réalisées sur femelles laitières

779 843 doses ont été mises en place sur des femelles laitières durant la campagne 2020-2021, principalement des Prim'Holstein (77 %). Les éleveurs allaitants pratiquent moins l'IPE, avec 54 143 IA totales réalisées par l'éleveur sur la dernière campagne, majoritairement sur des femelles charolaises (53 % des IAT en IPE), Limousines (15 %), croisées (10 %), et Blondes d'Aquitaine (9 %). Les grands troupeaux ont davantage recours à l'IPE. Elle représente 18 % des IA premières dans les troupeaux comprenant entre 100 et 199 IAP dans le cheptel, et 24 % dans les troupeaux à plus de 200 IAP par campagne. 

De bons résultats pour l'IPE

Les taux de non retour à 90 jours affichés par l'Institut de l'élevage pour la campagne de reproduction 2020-2021 plaident en faveur de l'insémination par l'éleveur. Difficile cependant de comparer les résultats affichés par les éleveurs et entreprises de mise en place, étant donné qu'il est difficile de connaître l'exhaustivité des déclarations des inséminations en élevage, certaines interventions tardant à être déclarées. Le taux de non retour à 90 jours sur les vaches et génisses laitières est de 60 % sur les animaux inséminés par des entreprises de mise en place durant la campagne 2020-2021, et estimé à 61 % pour les animaux en IPE. Les résultats sont du même ordre en bovins allaitants avec une estimation à 82 % de taux de non retour à 90 jours pour les bovins en IPE, contre 77 % enregistrés par les entreprises de mise en place.

Améliorer la fréquence d'enregistrement des données 

Durant la précédente campagne d'insémination, le délai moyen d'enregistrement d'une insémination dans le Système National d’Information Génétique des bovins était de 4 jours. Le délai moyen est porté à 17 jours pour les éleveurs pratiquant l'IPE, et 17 % des IA en IPE ont été enregistrées hors délai, soit après les 30 jours réglementaires. Au delà de cette période, une IA de retour a potentiellement pu être réalisée. Obtenir des données plus précises permettra à terme de pouvoir comparer les taux de réussite selon le type d'opérateur. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet