Menu

Conjoncture laitière« La filière laitière résiliente dans un monde économique perturbé »

Pas de dégradation de la conjoncture laitière en vue ! En effet, bien que le contexte reste incertain, les cours des produits laitiers sont plutôt stables et les ventes sont très soutenues en grandes surfaces.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« La filière laitière fait preuve d'une relative résilience dans un monde économique fortement perturbé. Il n'y a pas de signe de dégradation de la conjoncture laitière à court terme », explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel dans sa dernière note de conjoncture.

Pour autant, l'expert reste prudent : « La situation actuelle se caractérise surtout par une grande incertitude compte tenu de la crise économique en devenir qui rend assez imprévisible l'évolution des marchés au cours des prochains mois. »

329 €/1 000 l en moyenne sur 2020

« Les cours du beurre sont plutôt stables depuis plusieurs mois (autour de 3 400 €/t), tandis que les cours de la poudre de lait écrémée progressent faiblement (2 400 €/t). Ces niveaux de prix actuels restent en deçà des valeurs atteintes début 2020, juste avant la pandémie. »

Cours des produits laitiers (beurre et poudre de lait)
Évolution des prix des produits industriels en France jusqu'à début février 2021. (©Cniel)

« Sur le marché de détail en France, les ventes restent très soutenues. L'augmentation de l'activité commerciale des grandes surfaces s'opère au détriment des ventes en restauration hors foyer. »

Ventes de produits laitiers en GMS
Les ventes de lait et de fromages en GMS ont considérablement augmenté en 2020. (©Cniel)

« Selon l'enquête laitière mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 329 €/1 000 l sur l'ensemble de l'année 2020. Soit 6 € en dessous du niveau moyen de 2019 », commente Benoît Rouyer.

80 000 vaches laitières de moins en un an

Si la production laitière reste dynamique dans les principaux bassins exportateurs mondiaux (+1,9 % aux États-Unis, +1,2 % dans l'UE à 28 et +0,1 % en Nouvelle-Zélande sur 2020 par rapport à 2019), la croissance est plus modérée en France : +0,2 %. La collecte a plutôt diminué en fin d'année. « C'est en partie lié à une moins bonne qualité des fourrages récoltés et à une diminution de la complémentation en lien avec le prix élevé des aliments. »

Collecte laitière française
La collecte laitière française pourrait bien diminuer sur 2021, en lien avec la diminution du nombre de vaches. (©Cniel)

Autre aspect : le cheptel se réduit. « Il y avait 80 000 vaches laitières de moins début 2021 par rapport à la même période en 2021, soit une diminution relative de 2,2 %. »

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet