Menu

Paroles de lecteursProduire des bœufs ou exporter des broutards : quels marché, prix, rentabilité ?

Et selon vous, vaut-il mieux produire des bœufs ou exporter des broutards ? (©Terre-net Média)
Et selon vous, vaut-il mieux produire des bœufs ou exporter des broutards ? (©Terre-net Média)

Faut-il plutôt produire des bœufs en France ou des broutards exportés à l'étranger ? Les avis des lecteurs de Web-agri divergent, notamment sur la question du prix et de la rentabilité, mais pas seulement...

paroles de lecteurs produire des boeufs ou exporter des broutards
Et selon vous, vaut-il mieux produire des bœufs ou exporter des broutards ? (©Terre-net Média)

Sandrine Planchat semble juger la production de bœuf en France « intéressante ».

« Enfin une bonne idée ! », lance également Nicolas Mauguit.

Seulement «  si ça paye », rétorque Christophe Arvis.

« Il aurait été pertinent d'avoir le détail des charges prises en compte pour aboutir à la marge annoncée », suggère MG.

Charles Destexhe est aussi dubitatif : « Il faut de la main d'œuvre qualifiée pour traiter la viande et c'est introuvable, en tout cas chez nous. »

« À quel prix… et quel marché ? Qui va acheter des carcasses de 600-700 kg et plus ? », s'interroge le Gaec Mazières.

« Bigard steaks hachés », répond Nicolas Mauguit sur le ton de l'ironie. Il reprend plus sérieusement : « Je parlais avec des marchands. Les bêtes ne partent plus que pour l'export. »

« Quel prix ? Et quel marché ? »

« La France importe 250 000 tec/an et en exporte 150 000. On importe de la m... (réformes et bout de carcasses de veaux gras) pour fabriquer des steaks hachés et des plats préparés à pas cher. Et on exporte des bêtes de couleur. La mondialisation et le libre échange ruinent l'élevage... », souligne Bouboule.

Gaec Mazieres revient sur le prix du bœuf à la production : « 6 € pour un mâle de 38 mois et 679 kg et il a fallu se battre pour avoir ce tarif. »

Les bêtes ne partent plus qu'à l'export...

Gil Chavallier se pose les mêmes questions : « Où sont les acheteurs ? Le prix est-il rémunérateur ? »

Régis Dumas intervient, fataliste : Mais comme toute « filière longue, une fois que les producteurs sont lancés, elle les trahit ».

« Pour quelle rentabilité ? »

« Est-ce rentable de produire du bœuf au prix de la vache ou génisse ?, répète Gil Chavallier. Même avec la prime de 100 € au bovin qui arrive en 2023... » Gil Chavallier n'est pas convaincu : « Entre la castration qui retarde, et toute la bouffe la 3e année pour guère de kilos, il faudrait bien 1 € de plus que des vaches ou génisses. (...). »

Au prix de la vache ou génisse...

Mathieu Zahm faisait du bœuf. Il témoigne : « En vendant les broutards, tu gagnes plus que si tu gardes les animaux trois ans. Et tu libères de la place en bâtiment pour des vaches supplémentaires (...). »

Noël Morreale n'est pas d'accord : « L'engraissement sur pâturage en espalier te coûtera moins cher. Puis ça te permet de faire moins de bêtes.  »

Bâtiments, stocks, travail, risques : bœufs ou broutards ?

Joseph Mertens considère, pour sa part, « qu'avec les broutards, il y a moins de risques, de stocks et de bâtiments, pour des prix qui se tiennent bien ».

« Et moins de travail aussi », complète Dominique Decay.

« Pendant trois ans, il faut s’occuper des bœufs tous les jours, avec tous les imprévus qu’il peut y avoir. Beaucoup ont essayé et en sont revenus, car la valorisation n’y est pas », fait remarquer Joseph Mertens.

« L'engraissement, c'est du travail et plus de risques », répète Dominique Decay.

En bœufs, faut tenir niveau trésorerie. Les broutards, ça va vite !

Et Momo de conclure : « Du jour de la naissance au jour du départ des bœufs, quasi trois ans se sont écoulés. Je ne sais pas quel éleveur peut tenir niveau trésorerie. Le taurillon coûte cher, la marge n'est pas forcément énorme mais au moins ça va vite : tu commence l'engraissement et moins d'un an après, tu récupères tes billes. Pour se lancer dans la production de bœufs, faut vraiment avoir de l'argent et alors là, vaut mieux certainement faire autre chose. (...) »

Réagir à cet article

Sur le même sujet