Menu

Paroles de lecteursRénover ses prairies sans glyphosate : pour vous, c'est impossible !

« Tout ça pour éviter un coup de glypho ??? », résume Gil Chavallier. (©Tanguy Dumas // Création Terre-net Média)
« Tout ça pour éviter un coup de glypho ??? », résume Gil Chavallier. (©Tanguy Dumas // Création Terre-net Média)

« Plus de passages d’outils, de gasoil dépensé, de pollution pour au final une très mauvaise levée s'il fait trop sec, sauf pour les mauvaises herbes... » : pour les lecteurs de Web-agri, restaurer ses prairies sans labour et surtout sans glyphosate, c'est mission impossible !

Sur Web-agri.fr, sylduf62 trouve « la technique intéressante mais non applicable dans les régions qui n'ont pas le droit de retourner les prairies ».

« Il faut 30 l de gasoil pour éviter 1 l de glyphosate », lance Brunon Osson sur Facebook.

30 l de gasoil pour éviter 1 l de glyphosate !

« Pas sûr que ça pollue moins... »

Gil Chavallier enchaîne : « 3 passages de rota, 1 labour et éventuellement 1 rota de + et rien à manger durant l'été : un joli raté cette dérobée en cas de sécheresse dès le semis ! Tout ça pour éviter un coup de glypho ??? Pas sûr que ça pollue moins... et pour quel coût en plus ?? Qui payera ??? Les agris ! »

Et pour quel coût/ha ?

Emy Dje confirme : « Plusieurs passages de Rotovator pour détruire la prairie sans glyphosate ! À un moment donné, ces crétins qui disent ça ont-ils calculé la différence de coût/ha ?! Et je ne parle même pas de l’alternative pour les régions sèches où tu es sensé le faire en mai... Certes tu détruira ta prairie mais les mauvaises herbes reviendront sans fin et à un rythme effréné jusqu’à l’été. Lol. »

Gil Chavallier, en réponse à @Emy Dje : « On dirait qu'ils ne connaissent pas l'agriculture pour avancer de telles aberrations ! À l'heure où les vrais moteurs thermiques de voiture sont interdits... »

« Multiplication des adventices »

Jean-Claude Le Roux est du même avis : « Résultat : la multiplication des adventices quand le glyphosate permet de les contrôler. »

Kevin Enjalbert n'est pas d'accord : « Je peux vous convaincre de l’inverse. L’été dernier, sur une parcelle en pente, nous avons passé une coupe de déchaumeur patte d’oie à 8 cm. Puis, on a attendu une légère levée d’adventices, de dactyles coriaces notamment. Ensuite : 2 coups de herse rotative, un roulage, le semis et un autre roulage. Conséquence : très peu d’érosion, une magnifique prairie et un gain de temps à ne pas ramasser les pierres ! »

Gil Chavallier, à @Kevin Enjalbert : « Je dis pas que leur truc ne marche pas quand il y a de l'eau l'été, mais ça reste bien plus polluant qu'un glypho et 1 outil de préparation. Là, tu fais 3 passages... » « Tous ces travaux du sol limiteraient l'érosion ?, s'étonne-t-il. Ce n'est pas plutôt le contraire ?? »

Un non-sens agronomique et une imposture écologique !

« Le zéro Round-up est agronomiquement parlant un non sens total !, s'exclame Philippe Severin. Plus de pollution, plus de passages d’outils et au final une très mauvaise levée s'il fait trop sec. La volonté d’interdire le glyphosate est une des plus grandes impostures écologiques ! »

« Comment peut-on défendre le glyphosate ?! »

« Vous avez raison, entêtez-vous dans cette position et c'est clair que ça va mal finir ! », ironise a contrario Alternacomb Agri.

Michel Arregui renchérit : « On ne veut plus de cette agriculture intensive, polluante et dangereuse pour la santé, protégée par l'aveuglement d'un puissant syndicat. (...) La rentabilité tout azimut ou la mort... (...) »

« Y a beaucoup de pro Round-up ici, juge Papatou Piko Miko, dont l'oncle a cessé d'en utiliser. Il témoigne : « Aujourd'hui, la vie du sol a repris. Plus de problème de sécheresse, une production qui a quasi doublé... (...) Défendre le glyphosate !? Plutôt que des agriculteurs, vous êtes des "brainswasher" de la pétrochimie (des membres d'une secte, précise-t-il) !»

Secte pro glypho ? Plutôt une secte anti glypho !

Thom As, s'adressant à @Papatou Piko Miko : « Tu n'es pas du tout extrémiste dans tes propos ! La question n'est pas de savoir s'il y a des pro glyphosate ou des pro écologie, il faut pouvoir adapter ces techniques (qui sont nouvelles pour certaines) à ses types de sol et au climat. Que ce soit en Bretagne, dans les Landes, le Rhône ou la Meuse... les résultats seront forcément différents. »

« Des propos extrémistes »

Jérôme Cindy, toujours à l'attention de @Papatou Piko Miko : « hou la la, au vu de tes propos, avant de parler de secte pro glypho, il faut regarder de ton côté si tu n'es pas dans une secte anti glypho. Oui effectivement, on peut se passer du glyphosate par le travail du sol. Mais quand tu as travaillé ton sol en avance et qu'il se met à pleuvoir avant les semis de céréales, tu ne peux plus retourner dans tes parcelles. Alors qu'avec le glypho, tu n'as pas touché à ton sol. Pour les semis de maïs, c'est l'inverse : on doit garder la fraîcheur tout en semant sur un sol propre, chose très simple à faire avec le glypho et nettement plus compliqué avec le travail du sol. Je ne dis pas de boire du glyphosate mais si on applique le principe de précaution pour ce produit, appliquons-le sur certains médicaments ou détergents... (...) »

Des teufeurs, plus radical pour détruire une prairie !

Nol Wenn sur le ton de la plaisanterie : « Propose à des teufeurs de passer, c'est rapide et efficace ! »

Quentin Malaquin également, non sans un brin d'ironie : « On peut aussi faire pâturer le colza, il ne sera pas cher cette année... »

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet