Menu

L'actu d'ArvalisMême avec légumineuses, une prairie a besoin d'apport d'azote

La quantité d'azote fournie par la légumineuse dans la prairie dépend du taux de légumineuses dans l'association. (©Terre-net Média)
La quantité d'azote fournie par la légumineuse dans la prairie dépend du taux de légumineuses dans l'association. (©Terre-net Média)

Les légumineuses présentes dans une prairie contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports sous forme minérale ou organique. Mais l’impasse totale de fertilisation azotée n’est possible que dans celles ayant une forte proportion de légumineuses.

L’azote est le carburant de la production de la prairie. Dans les associations graminées + légumineuses, une partie de l’azote est fournie par les légumineuses, capables de fixer l’azote atmosphérique grâce aux nodosités présentes sur leurs racines. Une prairie peut être considérée d’association dès lors qu’elle contient au moins 10 % de légumineuses.

La quantité d’azote fournie à la prairie varie en fonction de la proportion de la légumineuse. Ci-dessous la quantité fournie selon le taux de légumineuses dans l'association (en kg N/ha/an) :

Production de la prairie

(t MS/ha)

Taux de légumineuses dans l'association

(pondéré annuel)

< 10 %10 - 30 %> 30 %
5040-30

La quantité d'azote fournie
par les légumineuses est
suffisante pour la prairie.

Possibilité d'un faible apport
(50 kg N maxi, équivalent engrais)
au printemps.

6050-40
8065-50
10080-60
11087-67
12095-75

Les valeurs en noir correspondent à la quantité d'azote fournie par le trèfle blanc. Les valeurs en vert à la quantité d'azote fournie par les autres légumineuses.

Adapter la dose d’azote à la proportion de légumineuses présentes dans la prairie

La dose d’azote totale annuelle apportée sur une prairie doit être adaptée à sa productivité. Elle doit aussi prendre en compte la contribution des légumineuses, le mode d’exploitation, les restitutions au pâturage, la fourniture d’azote par le sol et les apports d’engrais de ferme.

Les apports d’azote l’année suivant l’implantation des associations ou mélanges ne sont pas recommandés. Ils restent toutefois possibles mais pénalisent l’installation des légumineuses. À partir de la deuxième année, la dose d’apport sera fonction de la proportion de légumineuses dans la prairie :

  • si les légumineuses sont abondantes (> 20 % au printemps et > 35 % en été), l’impasse est possible, notamment sur les prairies pâturées ;
  • lorsque l’azote est peu disponible dans le sol, un apport de 30 à 50 kg N/ha est recommandé en sortie d’hiver (à 200 degrés-jour cumulés depuis le 1er janvier) afin de relancer la croissance ;
  • si les légumineuses sont faiblement présentes (< 10 % au printemps et < 30 % en été), l’apport sera raisonné comme pour une prairie en graminées pures.

Réagir à cet article

Sur le même sujet