Menu

BoiteriesReconnaître les différentes pathologies des pieds

Les boiteries constituent la 2e pathologie la plus fréquente en élevage laitier derrière les mammites. On estime souvent qu'une boiterie coûte 250 €. (©Terre-net Média)
Les boiteries constituent la 2e pathologie la plus fréquente en élevage laitier derrière les mammites. On estime souvent qu'une boiterie coûte 250 €. (©Terre-net Média)

Dès les premiers signes de boiterie, il faut lever les pattes pour identifier la pathologie et l'enrayer au plus vite. Fourbure, fourchet, Mortellaro, panaris, abcès de sole : apprenez à reconnaître les 5 maladies de pieds les plus fréquentes.

90 % des boiteries ont une origine podale (problème de pied) : affection de la corne ou de la peau et des tissus mous. Elle peut aussi survenir à cause d'un problème mécanique. Et le seul fait de boiter n'est pas un indicateur de pathologie. Il faudra lever le pied pour reconnaître la maladie en cause. Et en voici les 5 plus fréquentes (parues dans le livre blanc consacré aux boiteries) :

La fourbure (ou pododermatite aseptique diffuse)

Il s'agit d'une inflammation non-infectieuse du pododerme. Le sabot pousse anormalement, avec des stries de croissance, des ulcères de la sole et de la ligne blanche.

Elle fait suite à des perturbations de la vascularisation du pied et de la position de la 3e phalange. Celles-ci ont une origine métabolique (acidose chronique) ou suivent un problème de santé (fièvre vitulaire, mammite aiguë) ou résultent d’une station debout chroniquement trop prolongée.

Le fourchet (ou dermatite interdigitée)

Il est dû à une bactérie de la famille des tréponèmes (un cousin du Mortellaro). L’érosion du talon et l’apparition d’un V marron/noir très caractéristique en font une maladie facilement identifiable à l’observation du pied.

Boiterie fourchet
Le fourchet est dû à une bactérie. C'est une maladie contagieuse. (©Terre-net Média)

La maladie de Mortellaro (dermatite digitée)

Elle est infectieuse et contagieuse. Due à une bactérie, elle se traduit par une inflammation de la peau de la couronne, souvent au talon, et des lésions à la surface, rugueuse et rouge, entourées d’un liseré blanc dégageant une forte odeur.

Même traités, les animaux restent porteurs de germes. L’utilisation régulière d’un pédiluve améliore la situation mais n’empêche pas le retour de la maladie.

Maladie de Mortellaro
La maladie de Mortellaro s'étend progressivement au pied et est très contagieuse. (©Terre-net Média)

Le panaris (ou phlegmon interdigité)

Il est occasionné par l’entrée de germes microbiens dans une plaie de la peau interdigitale. L’inflammation est symétrique, avec des lésions nécrotiques dans la région interdigitale.

Le panaris peut prendre des allures de maladie contagieuse du fait des circonstances d’apparition. Si l’abcès perce sur un chemin avec beaucoup de cailloux, par exemple, les germes vont se disperser sur le sol et contaminer tous les animaux qui auront emprunté ce même chemin. Cette maladie est un cas dit vétérinaire.

Panaris
L'apparition du panaris est brutale. La boiterie est alors soudaine et sévère. (©Marc Delacroix)

L'abcès de la sole

Aussi appelé pododermatite traumatique septique, il apparaît après l’entrée de germes microbiens dans une sole perforée. Il se caractérise par un ulcère et une présence importante de pus s’écoulant d’une ouverture à la pression de la sole.

À ces maladies les plus fréquentes, s’ajoutent la limace ou hyperplasie interdigitée, qui est une protubérance de peau de l’espace interdigité formant une masse de tissus très ferme. Elle peut arriver après une dermatite interdigitée ou un trauma bénin (bousculade en élevage, chemin, glissades etc.) mais aussi découler d’une prédisposition héréditaire.

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet