Menu

Profil des jeunes et des projets...À quoi ressemble l'installation en lait ? Photographie détaillée...

Effectif, nombre et lieu d'installation, type d'exploitation et de projet, proportion de mise en société et de hors cadre familiaux... : une étude de FranceAgriMer de 2019 permet de dresser un portrait robot des jeunes qui s'installent en élevage laitier.

Le contexte actuel en production laitière

  • Une baisse générale du nombre d'élevages de vaches laitières

- 4,4 % entre 2000-2010 / - 3,9 % entre 2010-2016(1) 

(contre - 1,9 % pour le secteur agricole et - 2,3 % pour l'ensemble des bovins, ovins et caprins laitiers). Le nombre de chefs d'exploitation, lui, a reculé de - 2,8 %, une baisse qui s'accélère avec l'augmentation « des reconversions professionnelles » en cours de carrière, complète l'idele. « L’élevage laitier ne sera bientôt plus le 1er pourvoyeur d’emploi non salarié en agriculture. »

  • Un vieillissement des chefs d'exploitation

48 % des chefs ont plus de 50 ans en 2016 (contre 32 % en 2000).

En 2016, les exploitants de plus de 50 ans détiennent 43 % du cheptel de vaches laitières (38 % en 2013).

Un effet des « brusques changements de politique agricole », explique l'institut de l'élevage, et notamment de « la Pac de 92 sur l'installation et les pré-retraite en bovins lait », mais également « du faible niveau des pensions en élevage laitier », qui incite à rester en activité au-delà de l'âge légal de départ. Néanmoins, ce vieillissement semble se stabiliser un peu depuis (46 % d'éleveurs de plus de 50 ans en 2018). 

(1) Source de tous les chiffres de cet article : enquêtes structures d'Agreste des années concernées/recensement agricole de 2010

et les jeunes éleveurs ?

  • Leur effectif diminue : 21 % de producteurs de lait de moins de 40 ans en 2016 contre 38 % en 2010.

Ceci de façon plus importante que pour l'agriculture en général, où le pourcentage d'agriculteurs de moins de 40 ans est passé de 19,3 à 17,5 % entre 2010 et 2016 (Source : Insee). Une tendance « liée au nouveau statut des conjoints ». Toutefois, on observe une stabilisation depuis quatre ans (26 % de jeunes producteurs de moins de 40 ans en 2018).

- 1/3 depuis 2010

(soit l'équivalent de la diminution des installations toutes productions confondues sur 20 ans, entre 1997 et 2017 !)

2 549 entrées d'actifs de moins de 40 ans/an (2000 à 2009) puis 1 743/an (2013 à 2016). Là encore, la baisse est freinée depuis 2010. Le taux de remplacement des éleveurs qui cessent leur activité oscillent, lui, autour de 50 % depuis 2015 (source MSA). « Grâce aux restructurations et aux importants gains de productivité (+ 50 % en 10 ans), le niveau de production laitière du cheptel français se maintient malgré tout, note l'idele. La filière lait de vache reste le premier secteur économique en élevage et représente 40 % des exportations. »

nombre d installations en elevage laitier
Les installations en élevage bovin lait baissent depuis 1980, mais cette diminution semble se stabiliser légèrement. (©Cniel)

  • Les disparités entre territoires sont fortes :

- Une bonne dynamique dans les régions où sont implantées des laiteries performantes et/ou bénéficiant de signes officiels de qualité (AOC, AOP...).

- Une déprise dans les endroits où les outils industriels sont vieillissants et/ou avec des sols à bon potentiel agronomique incitant, depuis l'arrêt des quotas laitiers notamment, à remplacer l'élevage par des cultures, moins contraignantes en termes de travail (dans le sud-ouest de la France par exemple). Même dans les bassins laitiers comme la Bretagne et les Pays de la Loire, il existe des micro zones où la production de lait est délaissée. 

- Un nouvel attrait pour les bovins lait dans certaines régions aux excellentes performances agronomiques où les terres coûtent très cher, tels que les Hauts-de-France. La suppression des quotas a en effet résolu les problèmes fonciers en permettant de produire plus sur une même surface, avec les questions que cela pose au niveau de l'alimentation des animaux, de l'environnement (épandage des effluents) et des demandes sociétales (élevages herbagers).

  • Les projets se diversifient :

- âge d'installation : entre 30 et 40 ans

- compétences : de plus en plus de BTS et d'expériences professionnelles antérieures. En effet, un niveau de formation insuffisant peut s'avérer pénalisant, le métier d'éleveur devenant de plus en plus complexe.

- milieu d'origine : 20 % d'installations hors cadre familial et très peu de Nima (personnes Non issue du milieu agricole), à part dans de petits cheptels, souvent en bio, avec transformation et vente en circuits courts.

20 % d'installations hors cadre familial (30 % au total en agriculture).
Très peu de Nima (personnes Non issue du milieu agricole).

À noter : s'installer en hors cadre familial paraît plus compliqué dans les bassins de production dynamiques que dans les zones de déprise laitière. Dans le Grand Ouest pourtant, cette tendance pourrait devenir plus prégnante, principalement dans les structures sociétaires. 

- taille du troupeau

- essor de l'agriculture biologique : même en filière longue. Un moyen pour les fermes un peu limitées en taille de dégager de la valeur ajoutée.

- dimension et composition du collectif de travail :

2/3 d'installation en société (55 % dans l'ensemble du secteur agricole)

Ceci pour mieux répartir la charge de travail et les astreintes, et également le capital à reprendre (voir paragraphes plus bas).

Le Gaec est la forme juridique privilégiée même si avec d'autres statuts (EARL, SCEA, etc.), des associés non exploitants peuvent apporter du capital, facilitant l'acquisition progressive de celui-ci par les candidats à l'installation.

statut jeunes eleveurs laitiers a l installation
36 % des jeunes éleveurs laitiers s'installent en tant que chef d'exploitation en individuel. (©Cniel)

À noter : l'embauche d'un salarié au moment de l'installation semble plus difficile financièrement que l'association. Pourtant, dans certaines zones, le salariat peut être une alternative intéressante à la mise en société, comme au sud des Pays de la Loire où, dans les cinq ans à venir, un tiers des Gaec laitiers devront faire face au départ en retraite d'un ou plusieurs associés. 

MAIS « les projets des futurs installés en lait sont de plus en plus en décalage avec les fermes à reprendre et les attentes des opérateurs de la filière, qui veulent faire tourner les outils de transformation et exporter », estime l'institut de l'élevage.

  • Les exploitations reprises sont de plus en plus grandes, ce qui constitue même un critère de choix pour une partie des futurs éleveurs.

- Les ateliers > à 1 Ml de lait se généralisent, d'autant que les jeunes installés se voient attribués plusieurs centaines de milliers de litres en plus du volume du cédant.

Entre 500 000 € et 1 M€ de capital à reprendre.

- L'augmentation du capital à reprendre (compris en moyenne entre 500 000 € et 1 M€) n'est pas le seul impact pour les porteurs de projet qui peuvent être amenés à se spécialiser, changer le mode de conduite du troupeau (peu ou pas de pâturage, davantage de maïs), augmenter la productivité physique, en percevant moins d'aides par unité produite et en payant des charges de mécanisation et de bâtiment plus élevées.

Hausse de la production = meilleur revenu : pas toujours !

- La meilleure productivité du travail est parfois illusoire (volume de lait/UTA, unité de travail annuel, NDLR) car basée sur des investissements (bâtiment, matériel, etc.), ce qui fait grimper les coûts unitaires d'installation.

1 200 €/1 000 l d'actif à financer (500 à 700 € en vitesse de croisière).

L'actif à financer (foncier non inclus) approche alors 1 200 €/l de lait, valeur au-delà de laquelle la viabilité des projets n'est plus assurée. Ce chiffre dépasse d'ailleurs nettement celui observé en moyenne en cours de carrière : de 500 à 700 €/1 000 l. Or l'autofinancement en phase d'installation reste mineur. 

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet