Menu

ReproductionPasser d'un système étalé sur l'année aux vêlages groupés

Les éleveurs laitiers pâtureurs ont un intérêt à passer d'un système de vêlages toute l'année aux vêlages groupés. Mais comment ça se passe ? Quels sont les points de vigilance ? Comment se déroule la période de transition ? L'expert du LIC, Sean Chubb nous dit tout.

Le système de vêlages groupés est idéal pour valoriser au mieux le lait produit par le pâturage. Mais passer d'un système étalé à une période de vêlages concentrée sur trois mois ne se fait pas d'un claquement de doigts. En partenariat avec Pâturesens, Sean Chubb, consultant néo-zélandais pour la coopérative LIC UK (Livestock improvement corporation), livre ses conseils pour une bonne transition vers les vêlages groupés :

1/ Évaluer la situation actuelle

Pour commencer, il faut faire un constat de la situation actuelle. Voici les critères à regarder :

- période des vêlages actuelles : si elle est régulière ou concentrée, la planification sera différente. Selon la répartition des vêlages, ils pourront être avancés ou retardés afin de pouvoir synchroniser tout le troupeau vers un vêlage groupé. C’est une question de calcul afin de vérifier ce qui est atteignable ou non puis dans le contexte économique de la ferme en termes de trésorerie et de rentabilité.

- taux de réussite à l'IA : l'objectif est d'atteindre 60 % de réussite lors du premier cycle de chaleur.

- IVV : idéalement on vise des intervalles de vêlages de 365 jours. Si une vache a un intervalle moyen de 420 jours entre les vêlages, nous pouvons en déduire que l’animal est lent à initier ses cycles de chaleur.

- Planifier l'intégration des génisses de renouvellement : dans un premier temps, il n’est pas compliqué d’intégrer les génisses de deux ans dans la transition ; elles seront réparties selon les mêmes conditions que les vaches. Cependant, il faut être vigilant concernant les génisses nées pendant la première année de transition car lorsqu’elles seront prêtes à la reproduction, les adultes n’auront plus la même période que lors des vêlages. Il s’agit donc de décider si ces jeunes devront être reportées vers un groupage (comme les adultes), ou s’il sera préférable de les vendre et de racheter du renouvellement. Tout est à calculer.

- Prévoir l'alimentation en conséquence : il faudra bien planifier les effets sur l'alimentation et les besoins de stocks.

2/ Engager la transition via les inséminations

La transition se fait sous deux saisons afin d'avoir un groupage efficace la troisième année.

Pour un objectif de début des vêlages groupés au 1er février, il faudra commencer par un premier arrêt de la reproduction durant les quatre mois qui précèdent les IA (IA prévues au 1er mai pour un vêlage au 1er février). L’arrêt de la reproduction pendant cette période va permettre de commencer le groupage.

Arrêt des IA 4 mois avant la date théorique.
Arrêt des IA 4 mois avant la date théorique. (©Paturesens)

Nous aurons peut-être dans cet exemple une cinquantaine de vaches en chaleur. Pour ce premier groupage que nous nommerons « groupe A », deux hypothèses s’offrent à nous :

- si le taux de conception est convenable dès le début, la durée de la reproduction serait fixée à 12 semaines. Au-delà de cette durée, les dernières vaches vides n’auront à terme que peu de temps de lactation. Il est également difficile au-delà de 12 semaines de maintenir des conditions convenables pour assurer une nutrition et des températures convenables.

- si le taux de conception et l’intervalle vêlage-vêlage ne permettent pas de commencer par 12 semaines dès la première année, il est possible de réaliser un cycle supplémentaire. Dans cette seconde hypothèse la fin de la première période de reproduction se terminerait fin août. Les vaches non gestantes feront l’objet d’une seconde période de reproduction, dénommée « groupe B ».

La période de reproduction dure 3 mois pour atteindre l'objectif de 12 semaines de vêlages.
La période de reproduction dure trois mois pour atteindre l'objectif de 12 semaines de vêlages. (©Paturesens)

3/ Gérer les vaches vides dans un second lot

Lors de l’arrêt de la première période de reproduction (groupe A), les vaches qui reviendraient en chaleur, ainsi que celles qui n’étaient pas en chaleur bénéficieront d’une seconde période de reproduction.

De la même manière que précédemment, une période sans reproduction aura lieu pour mieux grouper le deuxième lot d’animaux, notamment entre le mois d’août et octobre inclus. Le 1er novembre, le second groupe de vaches (groupe B) commencera donc sa période de reproduction pour une durée de 12 semaines. Les vaches non gestantes du groupe B, devront être réformées. En effet, ce petit lot restant va consommer beaucoup d’énergie et de ressources.

Les vaches vides ou qui reviennent en chaleur font partie d'un second groupe.
Les vaches vides ou qui reviennent en chaleur font partie d'un second groupe. (©Paturesens)

4/ Réunir les deux groupes de vêlages

La deuxième année, le groupe A vêlera dans la période que nous souhaitions (à partir du 1er février). La durée de la reproduction sera de 12 semaines ensuite.

Le premier groupe vêle dans la période souhaitée en 12 semaines.
Le premier groupe vêle dans la période souhaitée en 12 semaines. (©Paturesens)

Les vaches qui ne seraient pas gestantes à l’issue de cette période devront être réformées afin de répondre aux objectifs du vêlage groupé. Une astuce que nous aurions pu mettre en place lors de la première année de reproduction de ce groupe, aurait été de commencer la période reproduction deux à trois semaines plus tôt ; elles auraient alors eu deux semaines de plus lors de la seconde année pour bien démarrer la lactation et avoir un meilleur état corporel pour la seconde année. Cette astuce permet aussi de réduire l’impact économique la seconde année en allongeant la lactation.

Enfin, lorsque le groupe B vêle entre août et octobre en deuxième année, la période de reproduction sera la même que le premier groupe lors de la troisième saison permettant enfin le groupage complet du troupeau.

Le deuxième groupe vêle puis les IA se font pour les deux groupes de mai à juillet afin de grouper tous les vêlages à la même période.
Le 2e groupe vêle puis les IA ont lieu pour tous de mai à juillet afin de grouper tous les vêlages à la même période. (©Paturesens)
Les génisses de renouvellement auront été intégrées dans les périodes de reproduction des deux groupes lorsque leur développement physiologique le permettait.

Être en vêlages groupés... et y rester !

Pour ceux qui auraient fait le choix d’ajouter un cycle de reproduction lors de la première année de transition, il faut réussir à raccourcir d’une semaine les années suivantes, l’utilisation de taureau à gestion courte (notamment les Hereford du LIC) va permettre cette opération.

En moyenne, lors de la mise en place d’un vêlage groupé pendant la phase dites de « transition » durant les deux premières années, il faut s’attendre à avoir une baisse de production laitière d’environ 5 %.

Fertilité : la clé de réussite des vêlages groupés
Une fois la transition vers un vêlage groupé réussie, il reste à être vigilant et conserver ce système le plus groupé possible pour augmenter la durée de la lactation. Comme mentionné précédemment, la fertilité est la clé de la rentabilité. Si elle n’est pas à la hauteur, le système va se décaler petit à petit, en baissant le revenu de la ferme. Par la suite, la tentation naturelle sera de faire un cycle de chaleur supplémentaire puis, doucement mais sûrement, on revient vers un vêlage toute l’année. Du coup, toute notre attention doit être portée sur la réussite de la phase de reproduction !

Les génisses doivent également faire l’objet d’une sélection rigoureuse sur la fertilité. Idéalement en vêlage groupé, l’objectif serait de commencer la période de reproduction des primipares un cycle plus tôt que les vaches afin de permettre un premier vêlage concentré au même moment que les vaches.

Réagir à cet article

Sur le même sujet