Menu

Chute des températuresRetour à l'étable pour bon nombre des troupeaux

Avec une pousse de l'herbe ralentie et la vague de froid actuelle, certains éleveurs font marche arrière et décident de rentrer les animaux. Dans ce cas, certaines adaptations sont à prévoir (notamment sur les stocks de fourrage).

Après une vague de chaleur fin mars, le retour du froid n'épargne personne. Si les agriculteurs craignent pour leurs cultures, la gestion des troupeaux au pâturage n'est pas simple non plus. Certains éleveurs, comme Maël en Vendée, ont pris la décision de rentrer tout le monde la nuit :

Car en effet, avec la chute des températures, les animaux sont davantage exposés au risque de tétanie d'herbage. D'autres signes peuvent se déclarer, comme les diarrhées chez les veaux, comme l'explique Thomas qui surveille de près son troupeau Charolais dans la Manche.

Redistribuer une ration à l'auge

S'il ne s'agit que d'un retour ponctuel (la nuit par exemple), il convient de ne pas rebasculer complètement sur une ration hivernale. Si le troupeau est censé être 100 % à l'herbe et n'a plus de ration à l'auge, l'idéal est de distribuer un complément de foin ou d'enrubannage pour rester sur le même régime alimentaire, sans perturber tout le microbisme ruminal.

Mais qui dit complémentation dit pioche dans les fourrages. Et certains éleveurs comme Cédric dans le Cantal ou encore Gilles dans l'Eure s'inquiètent en voyant leurs stocks diminuer face à une pousse de l'herbe qui se fait attendre.

Passionnée par l'élevage bovin, me voilà journaliste élevage puis rédactrice en chef de Web-agri. J'ai la chance de visiter un grand nombre de fermes et de rencontrer beaucoup d'éleveurs. Articles techniques, trucs et astuces, reportages... : j'essaie de vous accompagner au quotidien et de mettre à l’honneur chaque système, aussi différent soit-il. Je suis convaincue qu’il y a de bonnes idées à piocher un peu partout. D'ailleurs, à quand un reportage chez vous ? ;)

Réagir à cet article

Sur le même sujet