Menu

[Vidéo] Essai tracteur Kubota M6-132J-B Mallet : « Son rayon de braquage en fait un vrai tracteur passe partout »

La nouvelle série de tracteurs Kubota, baptisée M6002, dispose d’attributs avantageux. Ces appareils de 123 à 143 ch de puissance conjuguent capacité de relevage, confort en cabine, technologie Isobus et manœuvrabilité, grâce à un rayon de braquage de 4,5 m. L’agriculteur peut en outre demander le montage d’un chargeur frontal en usine.

Cliquer sur l'image pour démarrer la lecture de la vidéo.

Jean-Bernard et Jean-Baptiste Mallet viennent de tester le dernier-né de la gamme de tracteurs Kubota, le M6-132. Une semaine au sein de l'élevage pour éplucher la bête sous toutes ses coutures et vérifier si l'engin répond à leurs besoins. Le constat des deux frères, éleveurs laitiers à Coulogne dans le Pas-de-Calais, est sans appel : « Nous sommes agréablement surpris par le confort, la facilité de prise en main et surtout la maniabilité du Kubota. Il va bien ! », résument les deux agriculteurs à l'unisson.

Dans le  Gaec familial, Jean-Bernard est plutôt branché fonctionnalités du tracteur, alors que son frère Jean-Philippe gère surtout le côté technique. Ils s'accordent à dire que le gros point fort de la machine concerne sa manœuvrabilité. « Le rayon de braquage est impressionnant. Le constructeur remplace l'arbre de transmission par son système de couple conique, cela améliore considérablement l'angle de braquage. Et je ne parle pas du dispositif Bi-Speed, qui réduit encore davantage le rayon de braquage. Le tracteur tourne quasiment sur place ! », précise l'agriculteur stupéfait. Lors de la mise en route du tracteur, le responsable produit a fait la démo du système aux éleveurs. « Les pneus ripent sur le béton, c'en est presque effrayant. Nous avons eu peur de détériorer les pneus alors nous n'avons pas renouvelé l'expérience, l'engin se faufile déjà partout sans activer le dispositif. »

Un tracteur qui avale bien les pentes

Côté motorisation, la météo n'a pas permis de tester le tracteur en conditions de travail du sol. Difficile de se prononcer sur ce que l'engin a réellement dans le ventre. Au transport, Jean-Philippe souligne qu'avec son plateau chargé de bottes de paille, il n'a presque pas ralentit. « Il avale plutôt bien les pentes, ce qui me laisse imaginer que les 130 ch sont bien sous le capot », indique l'éleveur. Et d'ajouter : « À souligner aussi l'efficacité du frein moteur ! En descente, avec mon tracteur habituel, je dois garder le pied sur la pédale de freins pour contrôler la vitesse. Avec le M6, inutile car le moteur retient l'ensemble rythme de lui-même. C'est important en termes d'usure  », souligne l'exploitant. Et à en croire l'état de la cour et du parc matériel, autant dire que les deux frères entretiennent le matériel !

Une cabine confortable et bien insonorisée

Sur la route, on ne sent pas les à-coups. Le tracteur et la cabine sont bien suspendus. Autre point mis en avant par le producteur : l'insonorisation. « Habituellement, avec le plateau à paille vide, la flèche claque sur la boule d'attelage et c'est bruyant. Le système fait le même bruit mais ça ne s'entend pas ! », ajoute Jean-Philippe. C'est autant de confort en plus pour l'opérateur, sans compter que le siège absorbe les chaos de la route. « Dans le secteur, elles ne sont pas bonnes », précise le fermier.

« Point de vue chargeur frontal, ça envoie ! », ajoute son frère. La pompe débite 115 l/min, ça se sent. Pas besoin d'accélérer, les mouvements sont rapides. C'est pratique quand je déplace le fumier. En outre, le constructeur japonais ajoute son système qui désactive la transmission automatiquement dès que j'enfonce la pédale de freins. « Inutile de débrayer, le tracteur gère seul. Nous ne sommes pas férus de technologie mais c'est concret et on apprécie particulièrement ce genre de fonction. Idem avec le réglage de la réactivité de l'inverseur. Au final, c'est moins de fatigue lors des journées épandage ou chargement de paille », rétorque Jean-Philippe.

Un tracteur bien conçu pour travailler dans les élevages

Autre caractéristique intéressante : le gabarit. « Depuis peu, nous sommes équipés de deux tracteurs de la série M7 de Kubota. Au moment du renouvellement, le M6 n'était pas encore sur le marché. Dommage sinon, nous aurions sûrement opté pour ce modèle car il est moins haut et l'accès en cabine est plus facile. L'escalier compte une marche de moins. Pour un éleveur, c'est un élément important vu le nombre de fois où je monte et descend de la cabine », insiste le producteur laitier. « À noter aussi l'éclairage à Led. Certains diront que c'est une option "bling bling", moi je trouve la qualité de l'éclairage bien supérieure aux feux traditionnels. Pour travailler dans le bâtiment la nuit, plus besoin d'allumer la lumière, les phares du tracteur suffisent », concluent les deux exploitants.

Journaliste machinisme

Réagir à cet article

Sur le même sujet