Menu

Cultures fourragèresArvalis expérimente de nouvelles dérobées fourragères d'été

Les conditions sèches nuisent au développement des légumineuses. (©Terre-net Media)
Les conditions sèches nuisent au développement des légumineuses. (©Terre-net Media)

Deux nouvelles légumineuses, le lablab et le cowpea ainsi qu'une graminée, le teff grass ont été testées par Arvalis en terres séchantes. Le teff grass semble prometteur et permet une bonne valorisation de l'eau.

Arvalis a testé de nouvelles espèces de dérobées fourragères sur la ferme expérimentale des Bordes dans l’Indre (36). 11 bandes d’essais ont permis de tester des associations d’espèces à partir de trois graminées (le millet perlé, le sorgho multicoupe et le moha) ainsi que quatre légumineuses (le trèfle de Perse, le trèfle d’Alexandrie, le lablab et le cowpea). Le lablab et le cowpea, ainsi que le teff grass en provenance d’Afrique du Nord, ont été expérimentés pour leur tolérance au stress estival.

Le teff grass affiche des performances prometteuses

Parmi les nouvelles légumineuses testées, le cowpea a davantage contribué au rendement que le lablab en 2019, alors que les pluies se sont faites rares. À l’inverse, c’est le lablab qui s’est démarqué durant la campagne 2020. S’il est encore trop tôt pour conclure sur l’espèce à privilégier, le teff grass semble prometteur. La graminée présente un coût de production abordable et assure une bonne valorisation de l’eau tout en étant appréciée des bovins. Elle reste cependant très dépendante du potentiel du sol. La faible productivité des légumineuses en conditions sèches amène à s’interroger sur l’association graminées et légumineuses dans ce contexte, sans compter le coût du mélange à l’achat.

Production cumulée des espèces étudiées selon un gradian croissant de sécheresse de la parcelle
Production cumulée des espèces étudiées selon un gradian croissant de sécheresse de la parcelle. (©Arvalis)

70 % des éleveurs envisagent de planter une dérobée fourragère

D'après un sondage réalisé sur Web-agri du 29 juin au 7 juillet 2021, 56 % des lecteurs ont déjà choisi les variétés de dérobées qu'ils souhaitaient implanter. 14 % des éleveurs n'envisagent pas de semer de dérobées fourragères.

Réagir à cet article

Sur le même sujet