Menu

SénatUne proposition de loi écologiste pour un « élevage éthique »

Le groupe écologiste du Sénat défendra mercredi dans l'hémicycle une proposition de loi pour « un élevage éthique », qui entend conjuguer « bientraitance des animaux » et « bien-être des éleveurs », a exposé jeudi devant la presse son auteur, Esther Benbassa.

Retoqué lors de son examen en commission, le texte ne sera pas voté, selon toute vraisemblance, mais il participe, selon Esther Benbassa d'une « sensibilisation au fait qu'il faut arriver à cette bientraitance des animaux » d'élevage. Le texte propose un dispositif en deux temps afin de parvenir progressivement à un élevage offrant un accès au plein air à tous les animaux d'ici 2040. Il vise à plafonner la durée maximale de transport d'animaux vivants dans l'Hexagone à huit heures pour la majorité des espèces et à quatre pour les volailles.

Selon la proposition de loi, serait également interdite toute élimination de poussins mâles par broyage ou gazage à compter du 1er janvier 2022. Le gouvernement avait promis il y a plus d'un an que cette pratique décriée serait interdite d'ici à « fin 2021 », mais la filière ne sera pas prête dans ce délai. Elle a indiqué jeudi vouloir accélérer l'an prochain le déploiement de solutions alternatives, comme le « sexage in ovo », une technologie nouvelle qui consiste à détecter le sexe des embryons pour écarter les mâles de la production avant qu'ils n'éclosent.

Le texte crée enfin un fonds de soutien à la transition pour le bien-être animal afin d'accompagner les éleveurs. « Les filières d'élevage ont avancé, mais les attentes sociétales avancent également », a souligné Daniel Salmon, pour qui le texte « n'a aucunement vocation à opposer » les éleveurs et les consommateurs, mais entend « au contraire retisser les passerelles ». La proposition de loi « pour un élevage éthique, juste socialement et soucieux du bien-être animal », cosignée par des sénateurs de différents groupes, sera examinée dans le cadre d'une « niche » parlementaire réservée au groupe écologiste.

Réagir à cet article

Sur le même sujet