Menu

Caméra d'élevageJean-Nicolas Thiébaut : « Un gain de confort indiscutable avec la caméra »

Jean-Nicolas Thiébaut vérifiant depuis son bureau que tout se passe bien dans son atelier laitier. (©Gaec Thiébaut)
Jean-Nicolas Thiébaut vérifiant depuis son bureau que tout se passe bien dans son atelier laitier. (©Gaec Thiébaut)

Installé en Gaec sur 250 ha avec son frère à Anglemont dans les Vosges (88), Jean-Nicolas Thiébaut utilise des caméras pour surveiller ses animaux depuis 13 ans. Rencontre.

: Jean-Nicolas Thiébaut vérifiant depuis son bureau que tout se passe bien dans son atelier laitier.
Jean-Nicolas Thiébaut vérifiant depuis son bureau que tout se passe bien dans son atelier laitier. (©Gaec Thiébaut)

Web-agri : Pourquoi avoir installé une surveillance par caméra sur votre exploitation ?

Jean-Nicolas Thiébaut  : « C’est un moyen de gagner en confort et en efficacité. A tout moment je peux visualiser ce qu’il se passe dans l’ensemble du bâtiment des vaches laitières. Vérifier que les robots de traite et d’alimentation (2 Lely Astronaut A4 et 1 Vector) fonctionnent bien, ou tout simplement que je n’ai pas oublié d’ouvrir un cornadis. Plus besoin de se déplacer au milieu de la nuit !

Quand on est diversifié dans ses productions, il est parfois difficile de trouver du temps pour surveiller les vaches . Les caméras permettent de gagner ce temps : on se connecte, on vérifie, et si tout va bien on peut reprendre les travaux en cours. » 

WA : Quelle solution avez-vous choisi ? Comment consultez-vous les images ?

JNT : « Depuis 13 ans je dispose d’un système Detecvel (caméra associée à deux projecteurs) monté sur tourelle dans l’allée centrale du bâtiment. Son rayon d’action recouvre ainsi l’ensemble des box de vélâge. Auparavant reliée par câble à l’habitation, avec une réception des images sur ma télévision, la caméra est aujourd’hui connectée à l’ordinateur de mon bureau par fibre optique (250 m).

Je me suis aussi équipé de sept caméras de surveillance (fixe, infrarouge) autour de la ferme. Elles sont connectées à un enregistreur par ligne téléphonique. La mise en route est déclenchée par des détecteurs de mouvement, avec une mémoire d’enregistrement de 30 jours. Je peux consulter ces images sur mon ordinateur ou un écran portatif spécifique. C’est une précaution prise dans le cadre du plan "Agriculture Vigilance", en partenariat avec la gendarmerie. Ca sécurise quand on voit le prix du matériel et ça permet de vérifier le déroulement de certains travaux comme les ensilages. »

WA : Aujourd’hui, est-ce que vous reviendriez en arrière (sans caméra) ?

JNT : « On peut toujours se passer d’un équipement, mais le gain de confort est loin d’être négligeable. D’autant plus que les technologies ont beaucoup évolué ces dernières années. Aujourd’hui, il suffit de se connecter rapidement à l’ordinateur de mon bureau, et la qualité d’image est bien meilleure.

La prochaine étape pour gagner en mobilité : consulter ce que filment les caméras directement sur mon smartphone. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet