Menu

Fraude aux Pays-BasDes milliers d'élevages bloqués pour des déclarations de naissance falsifiées

En attribuant deux veaux à une seule et même vache, les éleveurs néerlandais protègent le statut de leurs génisses et restent en dessous du quota d'animaux imposé. (©Terre-net Média)
En attribuant deux veaux à une seule et même vache, les éleveurs néerlandais protègent le statut de leurs génisses et restent en dessous du quota d'animaux imposé. (©Terre-net Média)

Un nouveau scandale agricole vient d'éclater aux Pays-Bas. Cette fois-ci, les éleveurs ont réalisé de fausses déclarations de naissance en attribuant successivement plusieurs veaux de souches différentes à une même vache. L'objectif est double : les génisses conservent alors leur statut plus longtemps permettant à l'exploitation de ne pas dépasser son quota d'animaux tout en produisant plus de lait.

A

Une nouvelle fraude agricole aux Pays-Bas : les éleveurs falsifient les déclarations de naissances des veaux pour conserver les génisses plus longtemps²
En attribuant deux veaux à une seule et même vache, les éleveurs néerlandais protègent le statut de leurs génisses et restent en dessous du quota d'animaux imposé. (©Terre-net Média)
près le scandale des œufs contaminés au fipronil et les épandages illégaux de lisier par manque de surfaces, les Pays-Bas ont encore une fois contourner la réglementation avec la fraude aux fausses génisses.

Le ministère de l'agriculture néerlandais soupçonne de nombreux éleveurs laitiers d'avoir réalisé de fausses déclarations de naissances de veaux. En effet, il semblerait qu'ils aient pour habitude d'attribuer deux veaux de mères différentes à une seule et même vache en tant que naissance gémellaire. Ainsi, les génisses qui avaient vêlé gardaient leur titre un peu plus longtemps, ce qui arrangeait bien les éleveurs puisque la réglementation sur les rejets de phosphate impose un quota maximum de vaches par exploitation et qu'une génisse ne compte que pour une moitié.

Grâce à cette combine, ces fausses génisses devenues vaches en toute discrétion produisent du lait illégalement et ce rendement supplémentaire contribue à la surproduction européenne. Suite à une enquête, 2 100 élevages sur les 7 700 suspectés sont ainsi jugés coupables et condamnés au blocage ; jusqu'à nouvel ordre, plus aucun animal ne peut entrer ou sortir de ces exploitations.

La ministre de l'agriculture Carola Schouten a alors déclaré que des sanctions suivront. Ainsi, les éleveurs ayant fraudé pourront voir arriver de nouvelles taxes, une diminution de leurs subventions européennes et peut-être même des poursuites judiciaires.

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet