Menu

Bovin viandeDe nouveaux index de synthèse pour faciliter la sélection

Les races pourront choisir parmi les nouveaux index ceux qu'elles souhaitent afficher à leur catalogue. (© Pixabay)
Les races pourront choisir parmi les nouveaux index ceux qu'elles souhaitent afficher à leur catalogue. (© Pixabay)

Des index techniques, ou combinaisons de plusieurs index, vont voir le jour d'ici fin 2022 pour aider les éleveurs à sélectionner leurs animaux.

« Au fur et à mesure des années, les index se multiplient. À raison d’un nouvel index tous les deux ou trois ans il devient difficile pour l'éleveur d'estimer la valeur des reproducteurs. Des index de synthèse existent, mais faut-il encore qu’ils prennent en compte les derniers sortis » estime Vincent Poupin, directeur de Bovin croissance Sèvres Vendée à l'occasion du rallye de l'élevage allaitant à la ferme expérimentale des Établières. Le programme Osiris, soutenu par l'Institut de l'élevage, a notamment pour projet de produire de nouveaux index de synthèses, (ou index techniques).

Six index techniques pour reprendre le principales aptitudes des animaux

Les deux index techniques existant (POIDSEV et VELAGE) seront complétés par quatre index (REPRO, FORMAT, VIANDE et APEL). Ces index techniques seront mis à disposition des races. Elles pourront choisir ou non de les inclure à leur catalogue. Si les index pris en compte dans le calcul de l’index techniques sont fixes, la race choisit l'importance qu’elle souhaite accorder à chaque critère.

« Si je prends un animal avec un bon index "facilité de naissance", je vais peut-être au final conduire la race à avoir des animaux qui ont des poids naissances de plus en plus faibles. Cela peut amener à des faibles poids au sevrage : ça n'est pas le but. » L’enjeu est alors d’utiliser les index techniques sans défavoriser les races sur le long terme, et donc de combiner plusieurs index.

Renouv, un nouvel index va également être proposé en complément de l'index Ivmat. Le nouvel index de synthèse, reprend la majorité des index de l’Ivmat, mais intégrera le poids post sevrage en ferme, et la morphologie en post sevrage (plutôt qu’au sevrage) ainsi que l’efficacité de carrière (fertilité des animaux). Ce nouveau classement peut conduire à modifier quelque peu le classement des taureaux par rapport à l’Ivmat.

Réagir à cet article

Sur le même sujet