Menu

Désilage en CumaDéléguer l'alimentation : un gain de temps, d'argent et de performance

Opter pour une Cuma de désilage permet un gain de temps non négligeable. Côté prix de revient, compter 15 à 16 €/1 000 l de lait contre 20-30 €/1 000 l en individuel. (©Terre-net Média)
Opter pour une Cuma de désilage permet un gain de temps non négligeable. Côté prix de revient, compter 15 à 16 €/1 000 l de lait contre 20-30 €/1 000 l en individuel. (©Terre-net Média)

Adhérer à un groupe de désilage en Cuma avec une mélangeuse automotrice séduit de plus en plus d’éleveurs. À la clé : moins de temps de travail pour une ration de qualité à un coût défiant toute concurrence.

La France compterait actuellement plus de 200 groupes d’éleveurs partageant une désileuse automotrice en Cuma. Un chiffre qui progresse régulièrement malgré la baisse du nombre d’exploitations. « Dans notre région, environ 90 % de ces groupes emploient un chauffeur sur la machine, souligne Nathalie Pignerol de la fédération des Cuma de Normandie. En déléguant cette tâche, souvent chronophage, les éleveurs se libèrent du temps et profitent d’un service de qualité avec du matériel souvent plus performant que celui qu’ils utilisaient avant. »

Transparence et communication

Bien que le travail soit délégué, cette organisation en commun requiert une parfaite transparence et un sens de la communication entre les associés. « Mieux vaut dire ce qui ne va pas plutôt que de laisser pourrir la situation, souligne Fabien Demarcq, de la Fédération des Cuma Bretagne Ille Armor. Chaque agriculteur doit aussi entretenir un contact étroit avec le chauffeur de l’automotrice. »

Utile ! Placer un tableau à l'entrée de la ferme pour notifier les consignes au chauffeur, comme les changements de ration.

« Pour faciliter les échanges, la solution peut être de placer un tableau bien visible à l’entrée de l’exploitation pour notifier les consignes, comme les changements de ration. Une information écrite et précise sera toujours plus efficace qu’un échange oral à la va-vite entre deux portes. Les comportements individualistes n’ont pas non plus leur place. Si, par exemple, un adhérent cultive des betteraves sans se donner les moyens d’éliminer les cailloux dans le tas, les couteaux de la machine de la mélangeuse seront rapidement détériorés. Et là, c’est la zizanie assurée dans le groupe. Chacun doit raisonner collectif avant tout. »

15 € à 16 €/1 000 l tout compris, contre 20-30 €/1 000 l en individuel

Selon différents chiffres relevés sur le terrain, les dépenses d’une Cuma de désilage sont souvent du même ordre :

- 40 % environ pour les charges fixes (remboursement et frais financiers). Le prix des machines est à la hausse depuis quelques années avec désormais des investissements de l’ordre de 180 000 à 200 000 €.

- 30 à 35 % pour le salaire du chauffeur. Un poste élevé : d’où la nécessité d’optimiser le temps de travail en organisant au mieux la tournée.

- 15 % pour le carburant.

- 10 à 15 % pour l’entretien. Le prix des pièces et le coût de la main d’œuvre sont aussi en augmentation régulière.

Chez de nombreux éleveurs, le prix de revient se situe aux alentours de 15 €/1 000 l de lait. Un tarif très intéressant puisqu’il intègre tout, notamment la main d’œuvre et le GNR. Alors qu’avec un équipement individuel, l’exploitant dépense souvent entre 20 et 30 €/1 000 l. Le prix final dépend beaucoup de la « densité laitière », c’est-à-dire de la production de lait globale divisée par le nombre de kilomètres de la tournée. En dessous de 120 000 l/km, la densité n’est pas toujours suffisante pour constituer un groupe. À partir de 150 000 l/km, la rentabilité est généralement assurée, et au-delà de 200 000 l/km les performances deviennent intéressantes avec un prix de revient souvent inférieur à 15 €/1 000 l.  

Une facturation multicritère

Chaque Cuma fixe librement le mode de calcul de la facture mensuelle en s’appuyant souvent sur au moins deux critères, voire trois :

- La production annuelle de lait de l’exploitation : cette dernière sert souvent à calculer la base fixe qui couvre le remboursement et les frais financiers. Selon les cas, elle représente entre 40 et 60 % du montant à payer.

- Le temps passé par la machine sur chaque ferme. Il permet d’établir le complément du prix. Cette part variable avantage ceux qui sollicitent moins le matériel (ration unique, silo fermé à certaines périodes de l’année…). Ce système favorise également les éleveurs qui facilitent le travail du chauffeur en optimisant le circuit sur leur exploitation avec un accès rapide à tous les ingrédients de la ration.

- Le tonnage de matière distribuée sur chaque exploitation est moins fréquemment employé, mais certaines Cuma en tiennent compte aussi dans leur facturation.

Homologation à 40 km/h, cela va de soi

Reste ensuite à s’accorder sur le choix de l’automotrice. Le volume de la cuve et les équipements choisis dépendent des besoins de chacun. La question de l’homologation routière à 40 km/h plutôt qu’à 25 km/h ne fait généralement jamais débat, puisque le matériel doit passer le moins de temps possible sur la route.

« Je conseille toujours aux éleveurs de privilégier une machine simple surtout si plusieurs personnes sont amenées à l’utiliser. Même vigilance pour le système de transfert des données par clé USB ou par Wifi qui sert à définir les différentes rations et à l’enregistrement des temps de travaux. »

Quant au choix de la marque, deux points sont à prendre en compte : sa renommée qui influencera la valeur de revente et surtout la qualité du SAV. Un aspect essentiel avec une machine qui fonctionne tous les jours. Mieux vaut donc s’assurer que le concessionnaire dispose de techniciens réactifs et formés avec un important stock de pièces détachées.

Un engagement à long terme

Enfin, pour sécuriser l’organisation, beaucoup de Cuma demandent aux adhérents de s’engager à payer la part fixe de la facture pendant toute la durée de l’emprunt. Cet accord financier de long terme évite que le groupe soit pénalisé si l’un des associés décide de les quitter soudainement.

Les fédérations de Cuma se sont également penchées sur la question des groupes mixtes avec par exemple des producteurs bio, des fermes engagées dans une démarche sans OGM et des exploitations conventionnelles. Il existe désormais un référentiel (1) avec des préconisations sur le protocole à respecter pour assurer une traçabilité de l’alimentation.

« Les éleveurs que nous suivons sont dans l’ensemble très satisfaits de ce fonctionnement collectif, conclut Nathalie Pignerol. Ils gagnent entre 30 minutes et deux heures de travail par jour selon les cas. L’automotrice leur revient moins cher qu’un ensemble tracteur et remorque trainée, nécessitant souvent un deuxième automoteur pour le chargement. Enfin les exploitants bénéficient d’une ration de qualité, pesée et mélangée. Ils trouvent aussi dans le groupe une certaine convivialité avec des échanges techniques intéressants. Certains vont jusqu’à négocier des achats d’aliments en commun pour obtenir de meilleurs prix. »

(1) : Le référentiel cité est : Désilage en cuma et cahier des charges en alimentation “sans OGM” (par les fédérations de Normandie)

Réagir à cet article

Sur le même sujet