Menu

Publi-information

Composition de la rationLa digestibilité est convertie en performances technique et économique

(©LG)
(©LG)

Avec le maïs HDi® (Hautement Digestible), l'éleveur gagne deux fois : d'abord parce qu'il atteint un meilleur rendement au champ et, ensuite, parce que, grâce à une meilleure digestibilité, la production de lait ou de viande sera améliorée. Ces résultats techniques, traduits en performance économique, rentabilisent l'investissement de l'agriculteur dans des variétés HDi®.

Laurent Viard, éleveur dans le Pas-de-Calais au Gaec du Valandin*, a comparé des silos composés à 100 % de maïs HDi® à des silos composés d’autres variétés de maïs ensilage. « La ration de mes vaches laitières étant composée à 80 % de maïs, je suis très vigilant sur le risque d’acidose et particulièrement intéressé par la digestibilité des maïs HDi®. » L’expérimentation a été conduite en 2018 avec deux maïs HDi® (LG 31.234 HDi® et LG 31.237 HDi®) par rapport à une variété témoin. « En moyenne, témoigne l’éleveur, le fourrage issu des maïs HDi® m’a permis d’obtenir + 0,6 litre de lait par vache et par jour par rapport au témoin (moyenne sur les deux périodes d’alimentation avec des maïs HDi®). Plus d’ingestion du maïs HDi®, pas de refus, pas d’acidose sur le troupeau laitier et de très bons taux de matière grasse (+ 0,1 g de taux protéique (TP) et + 2,3 g de taux butyreux (TB)). » 

Découvrez le témoignage en vidéo de Sébastien Brault, un autre éleveur de vaches laitières :

Témoignage

Du lait mieux valorisé

Au-delà de la quantité, l’amélioration de la qualité est très importante car le lait est mieux valorisé. « Par ailleurs, reprend Laurent Viard, l’ingestion supplémentaire de maïs HDi® ainsi que les valeurs PDIN supérieures me permettent de distribuer moins de soja (300 g en moins par vache et par jour) ce qui représente une économie substantielle. » Le maïs témoin, plus riche en amidon (+ 6 %), n’a pas permis de produire plus de lait ni d’améliorer le TB. « Pour notre élevage laitier, conclut-il, où la ration est à dominante maïs, les maïs HDi® sont à la fois énergétiques et sécurisants et nous permettent d’atteindre notre objectif de production laitière à 11 000 litres par vache et par an. Et les rendements sont très comparables voire supérieurs aux autres variétés de maïs. Autant de raisons qui font que désormais 100 % des maïs fourrage de l’exploitation sont des maïs HDi®. »

La preuve sur le terrain

Pendant trois ans, des essais ont été conduits en conditions réelles chez 11 éleveurs de Bretagne, de Rhône-Alpes, des Pays de la Loire, d'Auvergne, de l'Aveyron, du Nord et des Pyrénées-Atlantiques. Les vaches ont été nourries pendant un mois avec du maïs HDi®, le mois suivant avec la variété témoin, et ainsi de suite. L’alimentation et les performances de 700 vaches laitières au total ont été analysées et comparées : production laitière, TP, TB, quantité de MS (matière sèche) consommée et efficacité alimentaire (quantité de lait produite/quantité de MS consommée). Les résultats confirment le témoignage de Laurent Viard : la production laitière est en moyenne améliorée de + 0,5 litre de lait/vache/jour. La matière sèche utile connaît aussi une hausse de 100 g/vache/jour de TP/TB. Ces performances sont observées dans les rations à dominante maïs fourrage car, dans ce cas, les différences de digestibilité s'expriment davantage.

En résumé, la meilleure digestibilité des variétés HDi® garantit une certaine qualité nutritionnelle. En moyenne, les maïs HDi® possèdent un Dinag supérieur de 1,5 point, soit environ + 0,01 UF/kg de matière sèche. Les variétés HDi® sont aussi plus riches en protéines permettant à l'éleveur d’économiser du concentré azoté.

Les maïs fourrage HDi®, un investissement vite rentabilisé

« L'éleveur gagne 83,5 €/ha de plus avec une variété HDi®, qui lui coûte 5 € de plus par dose, soit 10 €/ha, par rapport à une variété classique », explique Benoît Delord, chef de marché Nutrition Animale chez LG. « Pour parvenir à ce chiffre, nous avons calculé les gains liés à la hausse de rendement et à la meilleure digestibilité ». Dans ses essais, ARVALIS - Institut du végétal note une hausse moyenne de 0,8 t MS/ha avec les variétés HDi®. « Au prix de vente de 80 €/t, le bonus atteint 64 €/ha. » La meilleure digestibilité se traduit, elle, en énergie et donc en UFL. Le chef de marché reprend son calcul : « Une hausse de 0,01 UFL/kg est observée, en moyenne, grâce aux variétés HDi®. Avec un rendement moyen de 15 t MS/ha, soit 15 000 kg MS/ha, et un prix de 0,13 €/UFL, le gain supplémentaire s’évalue à 19,5 €/ha. Au total, pour 10 €/ha investis, l'éleveur gagne donc 83,5 €/ha (64 + 19,5). »

*Le Gaec du Valendin exploite 144 hectares dont 35 hectares de maïs fourrage. L’atelier laitier compte 100 vaches laitières. La comparaison des silos a été réalisée en 2018.

A lire également