Menu

Guerre en UkraineL'Espagne assouplit les règles d'importation de maïs argentin et brésilien

Le gouvernement espagnol a annoncé un assouplissement temporaire des règles phytosanitaires encadrant l'importation de maïs d'Argentine et du Brésil destiné à l'alimentation animale, en raison des risques de pénurie provoqués par la guerre en Ukraine.

« Nous avons fait un pas en avant important en levant certaines limites à l'importation » de maïs, a assuré mardi le ministre de l'agriculture Luis Planas à l'issue du Conseil des ministres.

Cette mesure, prise en conformité avec une décision de la Commission européenne, va permettre « d'assurer l'approvisionnement » des éleveurs espagnols, mis en difficulté par les conséquences de l'invasion russe de l'Ukraine, a-t-il ajouté.

L'Espagne, qui importe près d'un quart de son maïs d'Ukraine, faisait pression depuis plusieurs jours auprès de Bruxelles pour obtenir un relèvement du taux maximum de résidus de pesticides autorisé et ainsi pouvoir importer du maïs d'Amérique latine, où les seuils peuvent être plus élevés.

Elle a obtenu gain de cause vendredi lors d'une réunion d'un comité technique de la Commission européenne, qui a autorisé les États membres de l'UE à déroger provisoirement aux restrictions en vigueur pour éviter des problèmes de pénurie.

Cette décision va « faciliter l'entrée en Espagne de matières premières destinées à l'alimentation animale », sans pour autant « provoquer de risques en termes de sécurité alimentaire », a assuré dans un communiqué le ministère de l'agriculture.

L'Ukraine, quatrième pays exportateur de maïs au monde, a fourni l'an dernier près d'1,9 million de tonnes de cette céréale à l'Espagne. Ces importations sont cruciales pour le secteur de l'élevage espagnol, l'un des plus importants d'Europe.

La dépendance au maïs ukrainien constitue « un point de vulnérabilité », a reconnu lundi Luis Planas lors d'une rencontre avec la presse. Le ministre de l'agriculture a néanmoins exclu tout risque de pénurie alimentaire pour l'Espagne.

Plusieurs organismes internationaux se sont inquiétés ces derniers jours des conséquences de la guerre en Ukraine, parfois considérée comme le « grenier de l'Europe », sur la sécurité alimentaire mondiale.

La majeure partie des céréales produites en Ukraine sont exportées en été et en automne. Plus la guerre durera, plus les exportations seront compromises, avec des effets importants notamment en Afrique, a ainsi prévenu le Programme alimentaire mondial (PAM).

Réagir à cet article

Sur le même sujet