Menu

SynthèseQuelles étapes pour céder sa ferme, du projet à la retraite effective ?

Du moment où vous commencez à vous poser la question de la transmission de votre exploitation à sa cession actée : retrouvez tout le cheminement par lequel il vous faudra passer avec, à chaque phase clé, des articles et témoignages vous apportant l'ensemble des informations dont vous aurez besoin.

La première chose à faire pour transmettre votre exploitation agricole : anticiper, c'est-à-dire commencer à y réfléchir au mieux 10 ans avant de partir à la retraite ou, a minima, 5 ans en amont de la date fatidique. Car il y a plein de choses à prévoir !

Ensuite seulement, ce sera l'heure des choix et des démarches pour passer à d'autres projets

Première étape, si vous n'avez pas de successeur identifié : rédiger votre offre de reprise. Il faut veiller à ce qu'elle soit suffisamment claire et attrayante afin d'optimiser les chances de trouver un et même "le" repreneur, celui qui vous corresponde ainsi qu'à votre exploitation.

Encore faut-il bien connaître les profils et attentes des porteurs de projets en agriculture ! Qui sont-ils ? Que cherchent-ils ? Exemples avec Thomas Payen et Cyrille Herbert, le premier en recherche d'exploitation et le second déjà installé.

Autant également mettre toutes les chances de votre côté, en vous assurant que votre ferme est transmissible en l'état, et le cas échéant, en vous demandant comment améliorer sa transmissibilité. Par exemple, on peut regrouper davantage le parcellaire pour le rendre plus fonctionnel, via des échanges. Lire, à ce sujet, les témoignages du Gaec de Rovny à Moterfil en Ille-et-Vilaine et d'un cédant dans le même département.

Une fois que vous savez votre structure transmissible et que vous avez écrit l'offre de reprise, voici plusieurs recommandations pour la recherche d'un successeur, ainsi que 4 éléments importants à avoir en tête avant la première rencontre suivis de quelques préconisations pour que ce premier rendez-vous se passe bien. Surtout, soyez positif, transparent et à l'écoute des attentes et besoins du repreneur, sans jugement a priori. 

L'un des points essentiels à mener en parallèle concerne le foncier. Deux documents doivent être transmis au repreneur : l'autorisation d'exploiter dans le cadre du contrôle des structures, délivrée par arrêté du préfet de Région, et un titre de jouissance ou d'occupation des terres : acte d'achat/vente, de donation, bail, convention précaire... Côté financement, certains dispositifs peuvent favoriser la transmission du foncier : portage, réserve, épargne citoyenne. Autre phase cruciale : la détermination du prix de reprise. Des experts vous conseillent pour bien mener la négociation.

Préparer la cession de sa ferme, c'est aussi penser à l'après, autrement dit à votre retraite, en organisant la transmission de votre patrimoine et en étudiant les divers outils existants pour compléter une pension, souvent insuffisante, afin de choisir celui qui vous convient le mieux.

Réagir à cet article

Sur le même sujet