Menu

Matériels, robotique, numériqueUn Sima 2022 plus petit, mais plus costaud

Le Sima 2022, édition du centenaire de l'événement, sera plus concentré, afin notamment de mieux mettre en avant les solutions et innovations pour répondre aux enjeux agricoles de demain. (©Sima)
Le Sima 2022, édition du centenaire de l'événement, sera plus concentré, afin notamment de mieux mettre en avant les solutions et innovations pour répondre aux enjeux agricoles de demain. (©Sima)

Le salon international du machinisme agricole fêtera ses 100 ans lors de son édition 2022, du 6 au 10 novembre prochain au parc des expositions de Paris-Villepinte. Une édition moins grande – sur quatre halls au lieu de sept – mais avec une offre d’exposition plus large, notamment en robotique et solutions numériques.

Avec Isabelle Alfano, la directrice de l’événement, Frédéric Martin, le président d’Axema, a présenté mardi 27 septembre l’édition 2022 du Sima, qui ouvrira ses portes dans un peu plus d’un mois, du 6 au 10 novembre prochain au parc des expositions de Paris-Villepinte. « C’est une édition très attendue », ont martelé les représentants d’Axema et Comexposium, plus de 3,5 ans après le dernier Sima en février 2019. Après un changement de dates – pour être organisé en novembre les années paires et non plus en février des années impaires –  les vagues pandémiques de Covid-19 avaient finalement eu raison des reports.

Avec les  conséquences économiques de la guerre en Ukraine, mais aussi la concurrence de l’Eima, autre salon international du machinisme qui se tient du 9 au 13 novembre à Bologne, en Italie, de nombreux constructeurs ont profondément revu leur stratégie marketing et leur présence sur les grands salons. Certains constructeurs limiteront leur surface d’exposition, quand d’autres, comme Manitou, JCB ou Same-deutz-Fahr ont préféré ne pas y venir. Le Sima s’annonce ainsi moins étendu en surface, avec quatre halls d’exposition, contre sept lors des précédentes éditions.

Robots, nouvelles technologies, production bio : les espaces thématiques s'étoffent

Mais le Sima ne sera pas simplement qu’une enfilade de belles machines. Il s’agit, pour ses organisateurs, de « révéler les solutions et les technologies dédiées au développement d’une agriculture durable et performante », à travers trois espaces spécifiques plus étoffés que lors des précédentes éditions.

Le Sima Tech, d’abord, mettra en avant les dernières technologies du monde agricole avec les équipements de 150 exposants et un programme de conférences autour de trois thématiques : « améliorer la rentabilité de mon exploitation », « réduire l’impact environnemental et prendre en compte la transition agroécologique » et « réduire la pénibilité et améliorer la sécurité au travail ».

70 start-up seront présentes et regroupées au sein du Village start-up, en partenariat avec la Ferme digitale, Agri Sud-Ouest Innovation et Agronov.

Un autre « village » sera par ailleurs consacré à la robotique, en partenariat avec le Fira, le forum  international de la robotique agricole, pour présenter les dernières innovations et, là-encore, pour proposer une série de conférences.

Le Sima proposera également un  partenariat avec la chambre d’agriculture de la Drôme, organisateur de Tech&Bio pour présenter un espace consacré à l’agriculture biologique.

D’autres « temps forts » sont prévus, notamment autour de l’emploi des jeunes dans le secteur agricole, en partenariat avec des écoles d’ingénieurs agricoles, le Sedima et le site spécialisé dans la recherche d'emploi agricole  Jobagri.

Comme à chaque édition, le salon sera aussi l’occasion de remettre les prix des Sima Innovations Awards, pour lesquels 35 innovations ont été nominées. Et pour la première fois, un autre  concours – les Sima Farming Awards – viendra récompenser des agriculteurs français et européens (Irlande, Pays-Bas et Roumanie) pour leurs pratiques agricoles innovantes. Pour cette première édition, « ont été sélectionnés 14 agriculteurs, engagés dans une démarche durable de transition et capables de démontrer l’impact sociétal, économique et environnemental de leur innovation ».

Réagir à cet article

Sur le même sujet