Menu

Mélangeuse automotrice SilofarmerAbel Lumineau, éleveur : « Efficace sur la ferme et rassurante sur la route »

Abel Lumineau, éleveur : « Efficace sur la ferme et rassurante sur la route »

Après avoir testé le prototype pendant un an et demi, Abel Lumineau est depuis juillet 2011 équipé de la première mélangeuse automotrice produite par Silofarmer, la Saba 16 m3. Rencontre sur son exploitation à Adilly, dans les Deux-Sèvres (79) : le Gaec le Cesbron.

Bilan de 4 ans d'utilisation par Abel Lumineau
+-

¤ Simplicité d'utilisation.

¤ Chargement rapide.

¤ Qualité du mélange.

¤ Distribution précise à 20 kg près.

¤ Cabine bien insonorisée
(moteur à l'arrière). 

¤ Visibilité depuis la cabine.

¤ 2 roues directrices.

¤ Taille de la trappe de vidange.

¤ Confort de la cabine encore
améliorable.

Web-agri (WA) : Comment avez-vous choisi votre mélangeuse automotrice ?

Abel Lumineau (AL) : Une mélangeuse doit avant tout être simple à utiliser, robuste et sécurisante sur route. La Saba offre une bonne maniabilité dans les couloirs d'alimentation comme dans les silos. Mais certains éleveurs auront peut-être besoin de 4 roues directrices pour les bâtiments plus anciens (la Saba d'Abel Lumineau est en 2 roues directrices, ndlr).

Historiquement, nous avons eu une mélangeuse traînée sur l'exploitation jusqu'en 2000. Suite à des agrandissements, nous avions besoin d'un outil plus performant. Nous sommes donc passés à l'automotrice, avec une Rmh, avant de tester la Silofarmer Saba à partir de 2010.

Concernant la simplicité d'utilisation, sur 100 heures d'utilisation par mois, je consacre aujourd'hui 1 heure à l'entretien de la machine : un peu de graissage et soufflage des filtres. Pas besoin de souffler les grilles du ventilateur, les pales sont réversibles.

WA : Pourquoi cette attention au comportement de l'automotrice sur la route ?

AL : Le Gaec comprend deux sites de production espacés d'une dizaine de kilomètres et je dois notamment emprunter une route avec beaucoup de trafic. J'ai donc besoin d'une machine avec une (très) bonne visibilité depuis la cabine et capable de rouler à plein même chargée !

Avec l'automotrice Silofarmer Saba, on se sent vraiment en sécurité sur la route. De même, malgré le bras, on a une bonne visibilité sur la droite, car la cabine est avancée et haute. Le poste de conduite est bien insonorisé, mais le confort est encore améliorable.

utilisation de la mélangeuse Silofarmer par Abel Lumineau
Abel Lumineau passe en moyenne 3 heures par jour au volant de la Saba. (©Terre-net Média)

WA : Concernant la préparation de la ration, la Saba répond-elle à vos besoins ?

AL : Oui, le chargement et le mélange sont rapides. Il faut en moyenne 25 minutes pour préparer un bol (temps de mélange inclus). Les deux points forts de la machine sont la propreté de l'attaque du silo, grâce aux dents coudées, et la précision de la distribution. Le couplage de l'arrêt du tapis et de la vis permet de répartir la distribution en petits groupes avec une précision à 20 kg.

Côté qualité de mélange, la longueur des fibres est satisfaisante. Je vérifie tous les jours visuellement la régularité de la distribution et du mélange de la ration, c'est à dire que les premières et les dernières vaches ont bien la même quantité et la même qualité. En complément, je passe la ration au tamis deux fois par an. Un point qui pourrait être améliorée sur la Saba est la taille de la trappe de vidange : si on veut passer à une ration plus riche en foin ou avec de l'enrubanné, il faudrait une trappe plus large et plus haute. Mais pour ma ration ensilage, elle fonctionne bien.

Par ailleurs, je fais en ce moment des essais pour trouver le bon compromis entre durée de mélange et consommation de Gnr. Aujourd'hui, la Silofarmer Saba consomme en moyenne 15 l/h en prenant en compte l'ensemble du cycle.

WA : Selon vous, est-il rentable d'acheter une mélangeuse automotrice ?

AL : Oui, je pense. D'une part, il faut prendre en compte les matériels qu'elle remplace : une mélangeuse traînée, soit 30 à 40.000 euros, et un télescopique ou un tracteur avec chargeur, soit environ 80.000 euros.

La Saba et les Holsteins d'Abel Lumineau
Distribution de la ration aux Prim'holsteins.
(©Terre-net Média)

D'autre part, avec nos deux sites de production, si je n'avais pas de mélangeuse automotrice, il faudrait qu'un chauffeur me suive avec un deuxième tracteur pour charger la mélangeuse sur chaque site.

Ou pour continuer à travailler en autonomie, je serais obliger d'investir dans un deuxième tracteur avec chargeur (un sur chaque site). Mais le temps consacré au quotidien à l'alimentation ne serait plus le même ! (3 à 4 heures aujourd'hui).

Et avec l'automotrice, plus de problème de disponibilité du télescopique ou du tracteur chargeur pour le poste alimentation.

(Utilisez les flèches pour naviguer dans la visionneuse)

[slideshow post_id="116"]

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet