Menu

L'actu de Terres InoviaUn colza poussant est un colza résistant

Les objectifs à atteindre pour obtenir un<strong> </strong>colza robuste sont multiples : une levée précoce, des pieds vigoureux ainsi qu’une croissance dynamique et continue en sont les clés. (©Laurent Jung/Terres Inovia)
Les objectifs à atteindre pour obtenir un colza robuste sont multiples : une levée précoce, des pieds vigoureux ainsi qu’une croissance dynamique et continue en sont les clés. (©Laurent Jung/Terres Inovia)

L’un des leviers essentiels dans la conduite du colza pour limiter l’impact des ravageurs et des aléas climatiques passe par l’amélioration de la résilience de la culture. Pour cela, l’alimentation azotée et phosphorée du colza au cours de l’automne est une étape clé ! L’objectif est d’obtenir une croissance dynamique et régulière du stade 4 feuilles de la culture à l’entrée d’hiver.

Comment favoriser l’alimentation du colza dans les zones à faible disponibilités azotées ?

Pour s’assurer un développement optimal, le colza doit absorber au minimum 60 à 70 unités d’azote au cours de l’automne. Dans la majorité des cas, le sol assurera cette fourniture. Mais dans certaines situations avec peu de reliquats post-moisson (argilo calcaire superficiel notamment), le colza pourra ne pas être en mesure de prélever ses besoins.

Dans ces situations, plusieurs leviers sont à mettre en place pour accompagner le développement :

  • Préferer les précédents légumineuses ;
  • Privilégier les parcelles avec apports réguliers de produits résiduels organiques (fumiers, lisiers, compost, fientes…) ;
  • Positionner les apports de produits résiduels organiques avant le colza ; 
  • Utiliser des légumineuses en plantes compagnes du colza, améliorant l’absorption des éléments ;
  • Utiliser des engrais localisés (N/P/S).

Tableau sur la stratégie de fertilisation à l’automne selon le statut azoté du sol

Tableau sur la stratégie de fertilisation à l’automne selon le statut azoté du sol
(©Terres Inovia)

Le phosphore, élément indispensable à un bon développement racinaire

Le colza est une culture très exigeante en phosphore. Il a besoin de 90 u/ha pour un objectif de rendement à 35 q/ha. La sensibilité maximale à la carence en phosphore se situe au stade 5-6 feuilles, d’autant plus que les légumineuses plantes compagnes consomment également du phosphore.

  • Ne faites pas d’impasse en sol pauvre ou moyennement pourvu et en sol argilo-calcaire où le phosphore peut être bloqué ou moins disponible.
  • Préférez les apports au semis, surtout dans les parcelles à faible disponibilité.

Favoriser les levées précoces et maîtriser la densité pour favoriser l’alimentation

Les objectifs à atteindre pour obtenir un colza robuste sont multiples : une levée précoce, des pieds vigoureux ainsi qu’une croissance dynamique et continue en sont les clés.

La levée précoce passe par des semis avant les premières pluies et une bonne gestion du travail du sol afin d’atteindre le stade clé de plus de 4 feuilles avant le 20-25 septembre. Cela permet au colza d’avoir la capacité de supporter les prélèvements de feuilles occasionnés par les altises adultes.

Pour obtenir des pieds vigoureux, attention à la maîtrise du peuplement afin de faire perdurer la disponibilité des éléments minéraux au cours de l’automne. Visez entre 25 et 35 pieds par m².

Quels objectifs de croissance à l’automne ?

Après le stade 4 feuilles, une croissance continue doit s’engager pour atteindre 2 états clés :

  • Une biomasse supérieure à 25 g/plante (> 800 g/m²) courant octobre,
  • Une biomasse supérieure à 45 g/plante (> 1 200 g/m²) ainsi qu’un pivot de plus de 15 cm en entrée hiver.

En plus de ces objectifs de croissance à atteindre comme leviers face aux ravageurs d’automne, la phase automnale est primordiale dans l’accumulation de biomasse pour le fonctionnement du colza sur le reste de son cycle. En effet, le colza fabrique environ 20 % de sa biomasse aérienne et 70 % de sa biomasse racinaire au cours de l’automne. Un colza bien alimenté à l’automne et avec une biomasse racinaire importante résistera mieux aux aléas climatiques et aux ravageurs au printemps.

Réagir à cet article

Sur le même sujet