Menu

SécheresseUn déficit pluviométrique de 33 % depuis janvier et qui va encore se creuser

Le déficit pluviométrique devrait encore se creuser en mai. (©Adobe Stock)
Le déficit pluviométrique devrait encore se creuser en mai. (©Adobe Stock)

Avril est le quatrième mois consécutif déficitaire en termes de pluviométrie en France. Une situation qui se dégrade côté sécheresse et qui inquiète. MeteoNews fait le point sur la situation.

En moyenne nationale, la France a reçu 46 mm de précipitations au cours du mois d'avril 2022 pour une normale (1991-2020), de 61 mm. Le déficit frôle donc les 25 %. Un chiffre raisonnablement bas, mais qui s'ajoute aux relativement petits chiffres des trois mois précédents.

Janvier avait en effet reçu 39 mm pour une normale de 68 mm (43 % de déficit), février 36 mm pour une normale de 55 mm (35 % de déficit) et mars 38 mm pour une normale de 54 mm (30 % de déficit).

Le cumul de ces quatre premiers mois de l'année 2022 est donc de 159 mm pour une normale de 237 mm, soit 33 % de déficit. Il faut remonter 25 ans en arrière au début d'année 1997 pour trouver au moins un équivalent avec un chiffre encore plus faible cette année-là : 137 mm.

Un automne et un hiver secs

Depuis 1946, seules trois années ont connu un temps plus sec que 2022 sur la période janvier-avril : 1997 (137 mm), 1949 (119 mm) et le record de 1953 (117 mm seulement). Pour mémoire, 1976 comptabilisait un chiffre très légèrement supérieur à 2022 avec 162 mm.

Non exceptionnel donc, mais remarquable. D'autant que ce déficit fait suite à un automne 2021 assez sec (198 mm pour une normale de 233 mm, déficit de 15 %).

À part décembre bien arrosé, la période de recharge des nappes phréatiques (octobre à mars) a donc été anormalement sèche : 389 mm au lieu des 482 mm habituels (19 % de déficit). Bien que faible, ce chiffre n'est pas exceptionnel, avec 8 périodes octobre-avril plus sèches que cette année, le record appartenant à celle d'octobre 1948 à avril 1949 avec 258 mm seulement.

Compte-tenu des prévisions globalement sèches en dépit de quelques averses et orages au sud et à l'est d'ici ce week-end, la situation va encore se dégrader. MeteoNews prévoit en effet l'installation d'un temps précocement estival, chaud et sec à partir de dimanche et sans doute toute la semaine prochaine. Le déficit pluviométrique va donc se creuser.

D'après les prévisions à moyen et long termes, les précipitations resteraient déficitaires jusqu'au 22 mai avant un espoir de pluies plus de saison voire excédentaires en fin de mois.

Quant aux tendances saisonnières, elles envisagent la poursuite de la sécheresse jusqu'à la fin de l'été, plus particulièrement au sud de la Loire. Pour rappel, ce type de tendance est fiable à 63 %. Il reste à souhaiter d'être dans la marge d'erreur...

Réagir à cet article

Sur le même sujet