Menu

Contenu réservé

L’acétonémieSurveiller le déficit énergétique en début de lactation pour une IA réussie

Surveiller le déficit énergétique en début de lactation pour une IA réussie

Les deux mois qui s’écoulent entre le vêlage et la première insémination sont particulièrement délicats. La vache laitière maigrit faute d’apport suffisant en énergie, ce qui n’est pas sans conséquences sur la reproduction. En effet, ce déficit énergétique, ou acétonémie, induit des difficultés à maintenir les cycles ovariens, à exprimer les chaleurs, et entraine des problèmes de maturation de l’ovule.

« Dans les jours qui suivent le vêlage, la capacité d’ingestion de la vache ne suffit pas à combler son déficit énergétique », explique Thomas Aubineau, vétérinaire au Gds d’Ille-et-Vilaine. La vache va naturellement pomper sur ces réserves lipidiques, d’où une perte d’état corporel. « Certaines vaches qui sont grasses au tarissement, se retrouvent très maigres un mois après le vêlage ».

645

Vous avez lu 9 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Bénéficiez de Web-agri en PRO pendant 7 jours gratuitement

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Sur le même sujet