Menu

TémoignagesAg Bot, Robotti, Senti V : ces robots vous ont-ils séduits ?

Les robots autonomes présentés lors de l'édition 2021 d'Innov-Agri n'ont pas laissé les visiteurs indifférents. Clément Rigout (à gauche), Jean-marie Bidaux (au centre) et Oscal Lair (à droite) livrent leurs impressions face à ces nouveautés. (©Terre-net Media)
Les robots autonomes présentés lors de l'édition 2021 d'Innov-Agri n'ont pas laissé les visiteurs indifférents. Clément Rigout (à gauche), Jean-marie Bidaux (au centre) et Oscal Lair (à droite) livrent leurs impressions face à ces nouveautés. (©Terre-net Media)

Qu'ils soient au stade de simple prototype ou déjà commercialisés, les robots autonomes pour grandes cultures ne laissent pas les agriculteurs indifférents. Lors de l'édition Re-start d'Innov-Agri, les Ag Bot, Robotti et autre Senti V ont fait réagir. Clément Rigout et Oscal Lair, lycéens agricoles en Maine-et-Loire, et Jean-Marie Bidaud, céréalier dans l'Aisne, témoignent.

 

Clément Rigout, élève en terminale au lycée agricole de Pouillé (Les Ponts-de-Cé, Maine-et-Loire)

« Un robot autonome qui ne peut pas aller sur la route, c’est quand-même dommage »

« Les machines autonomes c’est pratique, et cela fait un travail du sol assez correct, on peut choisir ses outils, c’est polyvalent. C’est quand-même bien, l’autonomie. Il reste quand même des problèmes à résoudre : ce robot Ag bot, il ne peut pas aller sur la route, c’est quand même dommage de devoir transporter un outil censé être autonome. Il y a aussi la question de l’obsolescence : on n’a aucune donnée sur la durée de vie, on n’a pas assez de recul là-dessus. Et puis une machine comme ça, cela ne fera jamais tout le boulot. »

Oscal Lair, élève en terminale au lycée agricole de Pouillé (Les Ponts-de-Cé, Maine-et-Loire)

« Une machine qui réduit le tassement du sol, c’est intéressant »

Je suis un peu mitigé sur le robot Ag bot. Il y a des points intéressants, comme le tassement qui est 1/5e inférieur à celui exercé par un tracteur, cela fait du bien au sol, et on a trop longtemps oublié l’aspect agronomique. C’est bien que l’on y revienne. Là où je suis un peu réservé, c’est sur le prix, je ne vois pas comment on peut avoir une ferme rentable avec seulement des robots. Et puis il y a la question de la sécurité, sur laquelle on n’a pas de recul. Est-ce que l’on pourra anticiper tous les accidents. »

Jean-Marie Bidaux, céréalier et betteravier à Alaincourt (Aisne)

« Quand ça bourre, qui c’est qui vient débourrer ? »

Je ne suis pas certain que ce robot Robotti puisse travailler en pente. Cet engin met un temps fou pour tourner. Si c’est humide, si ça bourre, la machine ne va pas le voir, comment elle fait ? Nous quand ça bourre on descend du tracteur avec notre bêche, là il n’y a personne pour débourrer ! Et puis regardez, à la place des roues, ce n’est pas semé ! il faudrait un élément semeur derrière, un semoir plus large. Ce robot sème en direct, d’accord, mais avant, il faut préparer la terre, est-ce qu’il peut labourer  ? »

Réagir à cet article

Sur le même sujet