Menu

Duro / UnilasalleUn prototype d'incorporateur-bineur développé en co-projet avec les étudiants

Les étudiants ont développé un prototype sur deux rangs pour les tests. (©Duro)
Les étudiants ont développé un prototype sur deux rangs pour les tests. (©Duro)

Quatre élèves-ingénieurs agronomes de la spécialisation Agroéquipements et Nouvelles Technologies d’UniLaSalle Beauvais planchent sur un projet de rampe associant incorporation d'engrais organique et binage sur maïs en un seul passage.

 

Duro montre une fois de plus son intérêt pour l'innovation. L’entreprise ayant identifié une attente du marché pour l’incorporation de lisier ou de digestat sur des cultures sarclées, notamment le maïs, elle s’est tournée vers UniLaSalle pour développer l'idée en mode projet avec les étudiants de la spécialisation Agroéquipements et Nouvelles Technologies. De ce co-projet est donc né le prototype de rampe à atteler derrière les tonnes et automoteurs d'épandage qui incorpore et qui bine en un seul passage.

Contexte, enjeux, cahier des charges, étude de marché,... depuis huit mois, les quatre étudiants qui travaillent sur ce projet sont passés par toutes les étapes, encadrés par Simon Ritz, titulaire de la Chaire Agro-Machinisme et Nouvelles Technologies (AMNT) à UniLaSalle, et par Damien Marquilly, directeur commercial Duro-France.

Un cahier des charges global

Ayant d'abord étudié les possibilités de cultures travaillées par cette rampe, les étudiants se sont concentrés sur le maïs pour développer leur projet. Celui-ci pourra cependant être étendu à d'autres cultures, notamment avec l'inter-rang réglable de la rampe. « Nous avons voulu concevoir un outil global, qui réponde aux enjeux et qui soit adaptable pour tous les inter-rangs de 45 à 80 cm », explique Gaetan Pradera, étudiant membre du projet.

« Le travail que nous avons fait nous a permis de déterminer que l'incorporation se ferait avant le binage, que le binage se ferait avec des dents, ainsi que l'écartement entre les dents de binage », ajoute-t-il en détaillant les étapes du projet.

PreviousNext

Ils ont ensuite proposé leur cahier des charges au constructeur pour concevoir une solution globale : réglage rapide de l’inter-rang, association du binage et de l’incorporation de lisier ou du digestat et enfin possibilité d’atteler cet outil sur des automoteurs d’épandage ou des gros ensembles tracteur/tonne à lisier souvent animés par des tracteurs de très fortes puissances.

Après une conception virtuelle sur ordinateur, les étudiants ont pu participer à l'assemblage du prototype dans les locaux de Duro-France, dans l'usine d’Eole-en-Beauce (28).

Des intérêts agronomiques et économiques qui répondent aux attentes actuelles

Les étudiants ont aussi eu à caractériser l'intérêt agronomique du projet. « Notre solution permet de limiter la quantité d'intrants utilisés avec le binage, qui évite un désherbage chimique. L’incorporation, quant à elle, diminuera les besoins en engrais minéral de la plante. »

Du côté économique, la réalisation de deux interventions en un passage permet d'économiser temps et carburant. Autre intérêt technico-économique, les ensembles d’épandage potentiellement dotés de la rampe d’incorporation-binage bénéficieraient d’une « nouvelle corde à leur arc » pour maximiser la rentabilité de ces gros investissements.

La prochaine étape sera la réalisation d’une machine « 100 % française » complète pour une utilisation grandeur nature, avec 12 rangs et un inter-rang de 50 cm.

Réagir à cet article

Sur le même sujet