Menu

Envolée des prix agricolesLes céréales ont grimpé de 68,6 % en un an !

Les prix agricoles à la production flambent en mars 2022, tirés principalement par la forte hausse des céréales. (©Terre-net Média)
Les prix agricoles à la production flambent en mars 2022, tirés principalement par la forte hausse des céréales. (©Terre-net Média)

Avec la flambée des cours des céréales liée à la guerre en Ukraine, la hausse des prix des produits agricoles a fortement accéléré au mois de mars sur un an, a rapporté l'Insee vendredi.

Ainsi, de mars 2021 à mars 2022, les prix agricoles à la production ont augmenté de 26,8 %, contre 14,5 % de hausse entre février 2021 et février 2022. « Cette hausse, due en particulier à l'envolée des prix des céréales, est inédite : la plus forte hausse sur un an enregistrée jusque-là était de 26,1 % en mars 2008 », souligne l'institut de la statistique dans un communiqué.

En mars 2022, le prix des céréales comme le blé tendre ou encore le maïs a flambé de 68,6 %, et celui des oléagineux de 70,8 %, par rapport au même mois de l'année précédente, selon cet indice IPPAP qui mesure l'évolution des prix des produits agricoles à la première mise sur sur le marché. Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, les prix des produits agricoles ont aussi fortement augmenté d'un mois sur l'autre.

Les céréales enregistrent ainsi 36,9 % d'augmentation de février à mars. Elles sont poussées par les prix du blé tendre, qui grimpent de 39,8 % « en raison de la guerre et des sanctions internationales contre la Russie, qui affectent deux des principaux exportateurs » de cette denrée, détaille l'Insee. Russie et Ukraine assurent à elles deux 30 % du commerce mondial de blé. Le conflit tire aussi les prix des oléagineux, qui augmentent de 27,4 % d'un mois sur l'autre sous l'effet de l'envolée des prix du tournesol (+ 43 %), dont l'Ukraine est le premier producteur mondial.

L'Insee constate également une accélération du prix des animaux sur un an (+ 17,5 %), tirée par ceux des bovins (+ 28,2 %) quand l'évolution de la volaille (+ 11,1 %) et des porcs reste plus modérée (8,1 %). Sur fond d'épizootie de grippe aviaire en France et en Europe, le prix des œufs augmente de 13 % sur un mois et de 63,3 % sur l'année, « en raison d'une offre limitée et d'une demande forte ». La guerre en Ukraine vient accélérer une tendance haussière qui se manifeste depuis près d'un an. Entre 2020 et 2021, les prix des oléagineux avaient déjà gonflé de 46,3 %, et ceux des céréales de 21,1 % en mars sur un an.

Réagir à cet article

Sur le même sujet