Menu

Primaire de la droite et du centreMomagri satisfait des propositions des deux finalistes sur la Pac

Le think tank Momagri, qui défend la mise en place d’aides contracycliques dans le cadre de la prochaine réforme de la Pac, se dit satisfait des positions convergentes d’Alain Juppé et François Fillon sur le sujet.

A l’heure où les candidats finalistes à la Primaire de la droite et du centre cherchent à se démarquer, Momagri, dans un communiqué, « note avec satisfaction que François Fillon et Alain Juppé présentent des propositions convergentes sur la nécessité d’aider nos agriculteurs à faire face à l’instabilité des marchés. Et à cet égard, ils expriment leur volonté d’intégrer dans la prochaine Pac des aides contracycliques, c’est-à-dire des aides qui varient en fonction des prix. »

Les aides contracycliques constituent la proposition phare du livre Blanc de Momagri Un nouveau cap stratégique pour la Pac. « Contrairement aux aides actuelles, elles sont plus vertueuses budgétairement tout en étant plus efficaces à soutenir les revenus agricoles : on évite ainsi de jeter l’argent public par les fenêtres quand les prix sont rémunérateurs, pour véritablement soutenir les agriculteurs en période de crise. »

Les deux candidats ont détaillé leur position dans des récentes interviews accordées à Terre-net.fr. François Fillon précisait ainsi le 15 novembre dernier : « Du côté européen, la politique européenne agricole est en panne. La Pac entretient désormais un dispositif d’aides découplées, déconnectées de la production, et inefficaces. Je ne veux m’interdire, pour la Pac, aucun mode d’intervention pour faire face aux grandes incertitudes des prochaines années : assurances, aides directes contracycliques, mais aussi interventions sur les stocks ou les prix. Il faudra avoir une ligne budgétaire maintenue, et une capacité de réaction ultra rapide pour répondre aux agricultures européennes. »

De son côté, Alain Juppé, dans son programme agricole Agir pour l’agriculture paru au printemps dernier, prévoit : « En cas de baisse du prix en dessous du prix plancher, un paiement anticyclique serait versé, qui correspondrait à l’écart entre le prix plancher et le prix du marché. C’est la logique qui a présidé au développement de l’assurance récolte à partir de 2005, et qui constitue la pierre d’angle du « Farm Bill » voté en 2014 aux Etats-Unis.

Pour Momagri, la seule différence à signaler sur ce point est donc sémantique. « Elle provient de la traduction du terme en français : Alain Juppé respecte à la lettre le petit Larousse en parlant d’aides anticycliques, là où François Fillon avance, comme Momagri d’ailleurs, des aides contracycliques, en référence aux dispositifs de type "countercyclical policies". »

« Alors que la volatilité des marchés agricoles européens n’a jamais été aussi forte, il est temps de mettre en place un système d’aides contracycliques qui constituera le socle d’un système cohérent de prévention et de gestion des risques de la prochaine Pac, afin de lui redonner toute sa dimension économique, martèle le think tank.

Et Momagri de rappeler : « Pour 2015, près d’un tiers des agriculteurs français ont déclaré des revenus professionnels inférieurs à 354 €/mois. Et l’année 2016 ne sera d’aucun répit dans un contexte où les producteurs européens sont les plus soumis à la baisse des prix internationaux. »

« Si les sujets agricoles ont peu été traités au cours des débats télévisés de la Primaire de la droite et du centre, l’examen des sites internet et la lecture des discours montrent que la plupart des candidats ont néanmoins largement investi le sujet. Espérons que la suite de la campagne présidentielle soit du même niveau et que l’ensemble des partis se saisissent véritablement des termes du débat agricole pour permettre à la future majorité d’œuvrer à sortir la Pac de l’impasse dans laquelle les précédentes réformes l’ont conduite. »

Rédacteur en chef de Terre-net

Réagir à cet article

Sur le même sujet