Menu

Filière ovineRepli des abattages en novembre

Repli des abattages en novembre

Le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture fait le point sur la production ovine en France en octobre et novembre 2014.

Les revenus des producteurs d'ovins restent faibles cette année.
Les revenus des producteurs d'ovins restent faibles cette année. (©Terre-net Média)

Selon le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture, « le cours moyen de l’agneau continue à progresser. A 6,54 €/kg carcasse en moyenne, il rejoint le cours élevé atteint en 2013. Le manque d’offre d’agneaux dans les exploitations a ainsi pour effet de tirer les cours vers le haut.

En novembre 2014, avec près de 224.000 têtes, les abattages d’agneaux corrigés des variations journalières sont inférieurs de près de 3 % à ceux de 2013. En cumul depuis janvier, ils sont néanmoins supérieurs de 0,4 %, soit de 14.000 têtes, à 2013.

Avec près de 38.000 têtes, les abattages d’ovins de réforme continuent à reculer. Ils sont inférieurs de 2 % à ceux de novembre 2013. Depuis le début de l’année, le déficit atteint plus de 17.000 têtes. Le poids moyen des ovins de réforme est supérieur de plus de 3 % à 2013. Ce déficit d’offre se reporte là aussi sur le cours moyen des brebis qui, à 2,35 €/kg carcasse, est supérieur de près de 20 cts/kg au niveau de 2013.

En octobre 2014, la production ovine atteint près de 315.000 têtes. Elle est ainsi supérieure de 3 % à celle de 2013, sous l’effet d’une hausse des abattages d’agneaux (+ 11.000 têtes) sur le mois.

Consommation stabilisée en 2014

Le solde des échanges d’ovins vivants s’est légèrement dégradé passant de - 36.000 têtes en octobre 2013, à - 37.200 têtes en 2014. Depuis le début de l’année 2014, la production ovine est inférieure de 1 % à celle de 2013, les exportations d’ovins vivants ayant reculé de près de 39.000 têtes sur la période (- 13,5 %), alors que les importations d’ovins vivants ont progressé de 2.000 têtes. Les abattages se sont quant à eux maintenus.

En octobre 2014, avec près de 16.000 téc, la consommation de viande ovine calculée par bilan est inférieure de plus de 1 % à celle de 2013. Sur l’ensemble de l’année, elle se maintient au niveau de 2013. La demande morose s’est traduite par un recul des importations de viande ovine en octobre. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet