Menu

SécheresseLe calendrier des calamités agricoles sera avancé

Le ministère de l'agriculture va avancer le calendrier des indemnisations du régime des calamités agricoles (@Pixabay)
Le ministère de l'agriculture va avancer le calendrier des indemnisations du régime des calamités agricoles (@Pixabay)

A l’occasion du comité de suivi de la situation de sécheresse dans le monde agricole, le ministre de l’agriculture a annoncé un avancement du calendrier des calamités agricoles, pour soulager avant la fin de l’année les trésoreries des exploitations les plus touchées par la sécheresse.

Le 4e comité de suivi de la situation de sécheresse, réuni le 3 octobre sous l’égide de Marc Fesneau et de Bérangère Couillard, a permis de faire le point sur les faibles rendements liés à la sécheresse de l’été : forte baisse de la production nationale à 11,3 Mt de maïs grain (- 1 Mt) soit - 17,1 % par rapport à la moyenne cinq ans et - 25,4 % par rapport à 2021, stabilité de la production de tournesol, en raison de la hausse des surfaces, production cumulée des prairies permanentes inférieure de 33 % par rapport à la période de référence (1989-2018), la plus faible depuis 2003, et rendements du maïs fourrage estimés en baisse de - 17,5 % sur un an et de - 15,4 % par rapport à la moyenne 2017-2021.

Avancement des paiements du régime des calamités 

Pour accompagner les agriculteurs et les éleveurs victimes de la sécheresse, « le régime des calamités agricoles sera donc exceptionnellement adapté pour avancer au maximum le calendrier de versement des indemnisations afin de répondre au besoin immédiat de trésorerie des éleveurs les plus touchés et éviter une décapitalisation irréversible », explique le ministère de l’agriculture.

Les territoires les plus touchés, identifiés sur la base des cartes indicielles, pourront faire l’objet d’une pré-reconnaissance anticipée dès le CNGRA du 18 octobre. « Les agriculteurs, et en particulier les éleveurs, de ces zones pourront ainsi déposer un dossier sollicitant un acompte porté à 50 %, afin que son versement puisse être effectif dès le début novembre et ainsi obtenir un apport de trésorerie crucial et immédiat. Cette anticipation du calendrier permettra également de solder ces dossiers pour la fin de l’année, soit un gain de plusieurs mois par rapport au calendrier habituel », indique encore le ministère.

« Pas à la hauteur », « un premier pas »…

Les syndicats agricoles estiment de leur côté que des mesures supplémentaires restent nécessaires pour soutenir les agriculteurs. Pour la Confédération paysanne, « la déception prédomine ». L’organisation déplore le fait que beaucoup d’éleveurs, notamment ceux qui ont décapitalisé, n’auront pas accès aux calamités, et rappelle sa proposition d’aide à l’actif.

De son côté, le Modef « regrette qu’aucune interdiction ne soit prise concernant les cultures agricoles dédiées à la méthanisation », et demande également « le blocage des prix de la paille et du foin afin de stopper la spéculation et la prise en charge par l’État du transport de la paille et du foin ».

La FNSEA salue de son côté un « premier pas » mais « rappelle que la reconnaissance des départements en calamités doit s’appuyer sur l’expertise terrain et toucher tous les départements, à hauteur des pertes ». La demande d’expertises terrain, en remplacement des outils indiciels, avait été formulée par les organisations agricoles, notamment les éleveurs de ruminants, la semaine passée. 

Réagir à cet article

Sur le même sujet