Menu

[Rapport Cyclope] Matières premièresUne année 2022 « incertaine » en raison des craintes sur l'Ukraine

Concernant la crise du fret maritime, « aucun signe d'amélioration » n'est discerné.  (©Terre-net Média)
Concernant la crise du fret maritime, « aucun signe d'amélioration » n'est discerné.  (©Terre-net Média)

Après les flambées des prix des matières premières en 2021, l'année 2022 s'annonce très incertaine, entre les tensions géopolitiques en Ukraine, l'appétit de la Chine pour les importations agricoles, et la « certitude » d'une poursuite de la crise des conteneurs, indiquent les prévisions annuelles du cercle CyclOpe parues jeudi.

En 2021, l'ensemble des matières premières analysées par le CyclOpe, baromètre des marchés mondiaux des matières premières, ont flambé, à l'exception des cours de la viande de porc qui ont reculé en Chine et en Europe.

Côté énergie, si en 2021, les cours du pétrole ont « pansé leurs plaies », ceux du gaz ont « quadruplé en moyenne », avec un indice CyclOpe qui a gagné 397 points. « Actuellement, le gaz naturel vaut deux fois plus cher que le pétrole en équivalence thermique » relève pour l'AFP Philippe Chalmin, professeur à l'université Paris-Dauphine, qui préside CyclOpe.

Les explications sont initialement climatiques : une sécheresse en Chine a affecté sa production hydroélectrique, l'Europe a manqué de vent pour sa production éolienne. Mais ce sont surtout les tensions entre l'Europe et la Russie autour du gazoduc Nordstream II et l'augmentation des prix du GNL (gaz naturel liquiéfié) en Asie qui sont à l'origine de la flambée des prix du gaz, souligne le rapport.

Sur le gaz, « il ne faut pas s'attendre, même à moyen terme aux prix qui prévalaient en 2019, et ce d'autant plus que la transition énergétique se poursuivra » indique le CyclOpe, en pointant la Russie, « experte dans le grand jeu diplomatique » qui a « joué l'arme du gaz » aussi bien vis-à-vis « de l'Europe » que de « la Chine ».

« Si nous avions le pire, si la Russie envahissait l'Ukraine, le baril de pétrole exploserait le plafond, et il y aurait une pénurie de gaz à prévoir en Europe » relève Philippe Chalmin.

L'an passé, la hausse moyenne de l'indicateur global du CyclOpe couvrant l'évolution de la moyenne des prix d'une quarantaine de matières premières stratégiques (de l'acier au zyrconium, en passant par aluminium, cacao, café, charbon, fer, gaz, laine, or ou soja), était de 49 points.

Soit plus du double de ce que les analystes de CyclOpe eux-mêmes avaient prévu en début d'année (+ 19 points). Une hausse inégalée « depuis la crise financière de 2007 », a indiqué Philippe Chalmin.

« Grande panne logistique »

« Personne n'avait vu venir la crise énergétique actuelle, débutée par le gaz », qui a coïncidé avec une « grande panne logistique » mondiale et une flambée « d'un tiers » des prix agricoles et alimentaires mondiaux, par rapport à 2020, a-t-il détaillé.

Globalement pour 2022, hors événement géopolitique ou climatique majeur, « et en prenant pour hypothèse un atterrissage en douceur de la crise du Covid », le CyclOpe s'attend à un retour à la normale, voire à des baisses de prix sur certains produits en raison notamment du ralentissement de la croissance chinoise. Au total, il prévoit que la hausse des prix des matières premières sera limitée à 4 % en moyenne. Mais il s'agit d'une « année pleine d'incertitudes », a averti Philippe Chalmin, et « un peu plus que les autres années ».

Côté agricole et alimentaire, le CyclOpe souligne que « les risques d'instabilité sociale sont redevenus une réalité » avec l'envolée des prix alimentaires. Mais pour les grands pays importateurs (Algérie, Égypte, Nigeria, Indonésie), la facture de 2021 a pu être financée par l'augmentation des recettes liées au pétrole et surtout au gaz.

Les fortes hausses des denrées alimentaires l'an passé sont dues essentiellement à la Chine, devenue en 2021 le premier importateur mondial de céréales en augmentant notamment de 152 % ses achats de maïs, ce qui en retour a fait grimper les cours.

Concernant la crise du fret maritime, « aucun signe d'amélioration » n'est discerné. « Au contraire, les goulots d'étranglement se renforcent avec l'expansion d'Omicron », note l'analyse.

« Début janvier 2022, 11,5 millions de conteneurs étaient en attente dans les 13 plus importants ports de la planète », selon le rapport, qui prévoit que les « taux de fret des conteneurs resteront élevés » en 2022, avec des délais qui « ne commenceront à se réduire que si la pandémie régresse fortement en Asie ».

Réagir à cet article

Sur le même sujet