Menu

Commercialisation 2021/2022Des céréales françaises compétitives sur le marché européen

"Le prix du blé français est compétitif par rapport aux autres origines", note FranceAgriMer (©Pixabay)
"Le prix du blé français est compétitif par rapport aux autres origines", note FranceAgriMer (©Pixabay)

FranceAgriMer table sur une bonne compétitivité du blé tendre et de l'orge français, favorisés sur le marché européen par des coûts de fret élevés.

Dans le prolongement de son conseil spécialisé Grandes cultures de la mi-septembre, FranceAgriMer a fait état d’une bonne compétitivité des céréales françaises : elles « se positionnent favorablement en termes de prix sur les marchés des grains, avec une offre nord-américaine sévèrement affectée par un été historiquement très chaud et sec, et dont les cours, en très forte hausse, se déconnectent des prix de leurs grands concurrents. »

Plus spécifiquement sur le blé tendre, le Service de la statistique et de la prospective évalue désormais la récolte à 36,06 millions de tonnes (Mt), ce qui réduit les estimations des disponibilités d’1 Mt par rapport à juillet.

Du côté des utilisations intérieures, les estimations sont plutôt stables par rapport à juillet, sauf en ce qui concerne les prévisions d’incorporation par les fabricants d’aliments du bétail, en baisse : 5,2 Mt, contre 5,4 Mt estimés en juillet et 4,5 Mt pour la campagne 2020/21.

Des exportations en hausse vers l’UE

« En revanche, les prévisions d’exportation de blé tendre vers l’Union européenne sont révisées en nette hausse », souligne FranceAgriMer : plus de 8 Mt (+ 0,7 Mt par rapport à juillet dernier, + 1,9 Mt par rapport à 2020/21). Une évolution qui s’explique principalement par « la forte hausse du coût du fret, qui favorise les marchés de proximité plutôt que le grand export ».

Les prévisions d’exportation de blé tendre vers les pays tiers sont ainsi revues à la baisse, à 9,6 millions de tonnes (– 0,9 Mt par rapport à juillet mais + 2,2 Mt par rapport à 2020/21).

Le prix du blé tendre français est jugé « compétitif par rapport aux autres origines », note FranceAgriMer, qui ajoute : « la demande est  importante en provenance du Benelux et de la péninsule ibérique, qui devraient avoir moins recours à des importations lointaines.

Et pour l’orge ?

FranceAgriMer revoit à la hausse les disponibilités de l’orge pour le marché, à 10,8 Mt contre 10,5 Mt en juillet. L’organisme évoque une baisse des utilisations par les fabricants d’aliments du bétail français, à 1,1 Mt (- 0,1 Mt par rapport aux prévisions de juillet ; - 0,3 Mt par rapport à 2020/21).

Par contre, « les prévisions d'exportations vers l'Union européenne sont portées à 2,8 Mt  (+ 0,3 Mt par rapport aux prévisions de juillet et par rapport à 2020/21), tandis que les prévisions d’exportations vers pays tiers sont maintenues à ce stade à 3,3 Mt ».

Réagir à cet article

Sur le même sujet