Menu

EstimationsL’Europe s’attend à des hausses de production

La Commission européenne estime que la production de céréales, d'oléoprotéagineux et de lait va augmenter (©Pixabay)
La Commission européenne estime que la production de céréales, d'oléoprotéagineux et de lait va augmenter (©Pixabay)

La Commission européenne table à court terme sur une hausse de la production en céréales, en oléagineux et en produits laitiers.

Dans un rapport paru hier, la Commission européenne dresse un aperçu des dernières tendances et perspectives de marché pour chaque secteur agroalimentaire. Pour les principales cultures arables, les prix ont été soumis à des variations notables au printemps, tirées par la demande forte émanant de la Chine et des États-Unis et par les incertitudes liées à la météo sur les niveaux de production mondiale.

La Commission estime que la production européenne pourrait atteindre 288,7 millions de tonnes de céréales sur la prochaine campagne, soit 3 % de plus qu’en 2020/2021. Ceci, grâce à une augmentation des surfaces en blé tendre, blé dur et maïs.

Une hausse est aussi attendu du côté des oléagineux et des protéagineux, avec des productions respectivement estimées à 30,1 millions de tonnes (+ 9,5 %) et 4,6 millions de tonnes (+ 6,7 %). « L’utilisation de céréales et de tourteaux d’oléagineux dans l’UE devrait augmenter », ajoute le rapport, de même que la consommation d’huiles végétales pour l’alimentation et l’industrie. Les estimations atteignent 100 millions de tonnes pour la betterave sucrière contre 99 millions sur la dernière campagne.

Pour le lait, la Commission européenne table sur une reprise dans les prochains mois grâce « aux précipitations de mai qui devraient soutenir la qualité et la disponibilité de l'herbe ». Elle évoque une croissance de 0,8 % en 2021 et une production de 146 millions de tonnes.

Une hausse de la production est annoncée en fromage et en beurre, associée à une consommation soutenue par la réouverture des services alimentaires dans l’UE et par le maintien de la vente au détail. La production européenne de produits laitiers frais est annoncée « stable », en raison surtout d’une production stable de lait de consommation et une « croissance des exportations, grâce à une bonne demande chinoise ».

Et la viande ? En ce qui concerne la production de bœuf dans l’UE, elle devrait diminuer de 1,3 % en 2021, soit 92 000 tonnes au total. Le rapport de la Commission explique cette prévision par la baisse de la demande des services de restauration. Il note cependant que les exportations vers les marchés à forte valeur ajoutée – Canada, Japon – devraient « continuer à augmenter grâce aux récents accords commerciaux » : le Comprehensive economic and trade agreement  (Ceta) et le Japan-EU free trade agreement (Jefta).

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet