Menu

Rapport du CAE sur l’agricultureMomagri dénonce une vision « décliniste » et des propositions vouées à l’échec

Le rapport du Conseil d'analyse économique sur l'agriculture française critique le système américain d'aides contracycliques, de même que les systèmes assurantiels. (©Terre-net Média)
Le rapport du Conseil d'analyse économique sur l'agriculture française critique le système américain d'aides contracycliques, de même que les systèmes assurantiels. (©Terre-net Média)

Le Conseil d’analyse économique, chargé « d’éclairer » les choix économiques du gouvernement, a publié un rapport défaitiste sur l’agriculture française. Dans une lettre adressée à Manuel Valls, le think tank Momagri dénonce une vision « décliniste » contenant des recommandations « dans la droite ligne des politiques aujourd’hui en échec ».

 

En décembre dernier, le Conseil d’analyse économique a publié un rapport intitulé « L’agriculture française à l’heure des choix ». La structure directement rattachée à Matignon et chargée de conseiller le Premier ministre, y dresse une vision assez inquiétante de l’agriculture française et des soutiens qu’il faut y apporter.

Certes, le rapport suggère des évidences : « La politique agricole française doit se préoccuper davantage de préserver son potentiel agricole ». Mais les recommandations peuvent laisser perplexes : aider les acteurs à promouvoir ensemble un petit nombre de labels, privilégier des « critères de soutien directement liés aux externalités » et « réduire progressivement les aides à la surface » au profit de budgets « ciblant les biens publics ou des objectifs sociaux ».

C’est une vision « d’un rare défaitisme et des recommandations dans la droite ligne des politiques qui sont aujourd’hui en échec » que dénonce le think tank Momagri. Son président Christian Pèes, par ailleurs leader du groupe coopératif Euralis, a écrit dans ce sens à Manuel Valls lundi 22 février 2016. « Les bras m’en tombent ! », réagit-il aussi sur son blog. « Ce rapport alimente une nouvelle fois des thèses déclinistes sur l’agriculture française qui ne peuvent pas donner une bonne orientation aux responsables politiques. »

Les aides contracycliques malvenues

« Dans le cas présent, l’agriculture française n’est pas la seule à souffrir du retournement de conjoncture qui touche l’ensemble des marchés de matières premières. Tous les pays du monde sont concernés et, à vrai dire, en premier lieu ceux qui ne disposent pas ou plus des protections nécessaires contre la volatilité excessive des marchés agricoles internationaux. Même dans les pays les plus « compétitifs », du Danemark à l’Australie, les faillites d’exploitations agricoles ne sont plus des cas isolés. »

Momagri critique surtout les recommandations du rapport en matière d’orientation de la Pac.  Le Conseil d’analyse économique considère en effet que « les aides contracycliques envoient de mauvais signaux de prix et ne sont pas une solution, pas plus que les systèmes assurantiels, potentiellement très onéreux.

« Comment se montrer aussi définitif vis-à-vis de mécanismes contracycliques ou assurantiels qui constituent pourtant les pierres angulaires de la politique agricole de la première économie mondiale, les États-Unis ? » questionne Momagri. « S’il est juste que l’heure des choix a sonné, c’est d’abord pour nos responsables politiques français et européens qui semblent avoir oublié que la production agricole et alimentaire est un élément constitutif de notre sécurité nationale. » « Les recettes d’hier ne nous feront pas sortir de la crise », rappelle Christian Pèes.

Rédacteur en chef de Terre-net

Réagir à cet article

Sur le même sujet