Menu

Santé animaleConnaissez-vous réellement la fièvre Q ?

La fièvre Q est principalement connue en élevage allaitant. (©Terre-net Média)
La fièvre Q est principalement connue en élevage allaitant. (©Terre-net Média)

La fièvre Q est une maladie d'origine bactérienne qui peut toucher les bovins en occasionnant des avortements. C'est également une zoonose qui comporte certains risques pour l'Homme. Une récente étude montre pourtant qu'elle n'est que très peu perçue comme une menace par les éleveurs. Alors, connaissez-vous vraiment la fièvre Q ?

La fièvre Q fait partie des maladies à rechercher en première intention lors d'épisodes abortifs chez les bovins. C'est une bactérie (Coxiella burnetii) présente dans le milieu qui, dans la majorité des cas, infecte l'animal sans causer de symptômes. Mais dans les cas cliniques, la fièvre Q provoque des avortements (plutôt au cours du dernier tiers de gestation).

La fièvre Q sous-estimée en élevage

Un comité d'experts de la maladie a lancé une étude auprès d'éleveurs et vétérinaires pour connaitre leur perception du risque. Pour commencer, 76 % des éleveurs interrogés connaissent la fièvre Q, au moins de nom. 1 éleveur sur 10 a été confronté à cette maladie (dans son élevage ou celui d'une personne proche).

Si 65 % des éleveurs savent que la fièvre Q est une zoonose, seuls 10 % la perçoivent comme une menace. Pourtant, la bactérie à l'origine peut être transportée par le vent sur plusieurs kilomètres...

Parmi les mesures à mettre en place lorsque la fièvre Q est diagnostiquée dans le troupeau, il y a :

- l'isolement et le traitement des animaux malades ;

- la gestion des placentas et avortons ;

- le dépistage et la vaccination du troupeau ;

- le renforcement des mesures d'hygiène et de désinfection ;

- la protection des personnes (lavage des mains, changement de vêtements et chaussures, limiter la présence des personnes extérieures, etc.) ;

- la gestion des effluents (conditions de stockage, traitement des lisiers ou compostage des fumiers, ou encore enfouissement puis labour immédiat après épandage).

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet