Menu

L'info marché du jourLa Commission européenne propose un embargo progressif sur le pétrole russe

Plusieurs pays dépendent à plus de 75 % des importations extra-européennes de pétrole : la Finlande, la Slovaquie, la Hongrie et la Bulgarie. (©AdobeStock)
Plusieurs pays dépendent à plus de 75 % des importations extra-européennes de pétrole : la Finlande, la Slovaquie, la Hongrie et la Bulgarie. (©AdobeStock)

Après le charbon, l’Union européenne envisage de frapper à nouveau l’économie russe sur son flanc énergétique, en ciblant cette fois le pétrole.

U rsula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a proposé un embargo total sur le pétrole russe, qui serait progressivement mis en place d’ici à fin 2022.

Cette proposition fait partie du sixième paquet de sanctions à l’encontre de la Russie, présenté le 4 mai devant le Parlement européen. Il comprend aussi l’exclusion de trois grandes banques russes du réseau interbancaire Swift, le blocage des ondes communautaires à trois grands radiodiffuseurs d’État russes, et l’inscription de nouvelles personnalités sur la liste noire de l’UE.

Pour être appliquée, la mesure proposée par Ursula von der Leyen doit être approuvée à l’unanimité par les gouvernements des 27 États membres. La Hongrie, enclavée et très dépendante énergétiquement de la Russie, s’y oppose pour l’instant malgré la dérogation d’un an qui lui a été proposée.

Réagir à cet article

Sur le même sujet