Menu

[L'info marché du jour] Maïs et sojaLa Chine pourrait réduire nettement leur part dans les rations animales !

La demande chinoise de maïs et soja risque de chuter à moyen terme. (©Pixabay // Création Terre-net Média)
La demande chinoise de maïs et soja risque de chuter à moyen terme. (©Pixabay // Création Terre-net Média)

L'annonce est tombée hier : l'empire du Milieu envisage de remplacer une partie du maïs et du soja dans l'alimentation de ses élevages. Les cours du maïs et du complexe oléagineux en ont pris un coup !

La Chine a jeté le trouble sur les marchés agricoles en annonçant, hier, vouloir diminuer la proportion de maïs et soja dans l'alimentation des animaux ! Le pays compte en effet limiter sa dépendance aux importations de la céréale et de la graine, en utilisant davantage de blé, riz, pomme de terre ou encore tourteau de colza et de tournesol dans les rations. Immédiatement, les cours du maïs et du complexe oléagineux ont réagi, basculant dans le rouge. 

Pourtant, le pays a encore acheté en milieu de journée 696 kt de maïs américain. Un troisième achat en trois jours pour 3,08 Mt au total en provenance des États-Unis ! « Les ventes US de maïs à l’international, à 986 kt, étaient déjà supérieures aux attentes des opérateurs la semaine passée, complète Marius Garrigue sur Terre-net.fr. Mais toutes ces nouvelles ont été effacées par la décision chinoise. »

Chute violente aussi des cours du colza

« En colza aussi, la chute des cours a été particulièrement violente », ajoute Agritel. Sans que ce soit lié aux informations précédentes, mais à la hausse du palme et du canola, et surtout aux « pluies bénéfiques qui redonnent de l’optimisme sur la récolte de soja en Argentine ». La baisse des cours du pétrole a également eu un impact, estime le cabinet spécialiste des marchés agricoles, « avec l'augmentation des stocks aux USA pour la 5e semaine consécutive, conjuguée à l’échéance lundi prochain du contrat avril sur le WTI, échéance sur laquelle la spéculation était forte ».

Avec déjà 5 Mt de colza importées depuis le début la campagne, « la forte demande chinoise compense la faiblesse de celle en Europe et offre toujours un soutien de poids à la graine jaune ».

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet