Menu

[Paroles de lecteurs] Prix/récolte/météo« Cessez de prévoir l'imprévisible dans une boule de cristal » !

 « Les experts achètent leur boule de cristal sur Wish ! », plaisante Matthieu Fery. (©Pixabay // Création Terre-net Média)
« Les experts achètent leur boule de cristal sur Wish ! », plaisante Matthieu Fery. (©Pixabay // Création Terre-net Média)

Selon les lecteurs de Terre-net, les experts agricoles jouent aux voyants avec leurs prédictions, aussi bien en marché, que pour les moissons ou la météo. Au mieux, ils « spéculent », au pire ils « brassent du vent » dans leur bureau, loin du terrain. De toute façon, un jour, ils disent "blanc" et le lendemain "noir", en parlant de la même chose, au nom de la « mode du tout prévoir » !

 

« Raconter tout et n'importe quoi, brasser du vent, voilà ce que nos soi-disant experts savent faire ! », estime tracteur4.

Arnaud2 insiste : « Ce sont les mêmes sans doute qui avaient fait les pronostics en 2016 !!! »

AugustAntoine5% est du même avis : « On les rémunère pour "inventer" ou regarder tous les jours dans une boule de cristal. Ils devraient aller davantage sur le terrain, et arrêter de ne faire que du bla bla d'ordinateur. Nos "chers" experts ne veulent vraiment pas que les cours des grains montent... pour éviter un nouveau printemps arabe notamment (...) »

Si jamais les cours des grains montaient...

Il poursuit : « En Australie, la récolte de blé est en novembre/décembre. Et nos "experts" prédisent une moisson record !? De qui se moque-t-on ? (...) »

« J'adore les boules de cristal. Ils achètent ça sur Wish ? », plaisante Matthieu Fery.

« Spéculation tout ça... »

Même quand les spécialistes prévoient une hausse des cours des céréales et oléagineuxmaxens considère qu'elle « ne permet même pas d'avoir les prix de la fin des années 80 alors qu'en en face, l'acier, et donc le matériel, les engrais, etc. grimpent fortement. (...) » « Il ne reste plus qu'à parler de la baguette, que les boulangers sont "obligés" d’augmenter !, ajoute-t-il. À la fin, le dindon de la farce sera toujours le producteur... (...) »

Atlas03 confirme : « C’est quand même pas génial ! Nous sommes en 2021 et le cours du blé est à peine à 200 €/t !! (...) Nous n’aurons plus jamais de vrais prix comme en 2007 ou 2012 !!! »

... Et que les agriculteurs gagnaient de l'argent !

« Faut faire baisser les prix, faudrait pas que les agriculteurs se mettent à gagner de l'argent !! », lance Thierry Bouleau sur Facebook.

« Spéculation tout ça... », selon Benoit Bayle.

« Une météo déjà pas fiable à 7 jours »

Séb Bol renchérit : « (...) Une semaine, on nous annonce une moisson excellente et la semaine suivante, une récolte catastrophique. Comme en météo, du chaud et du sec dans les jours à venir, puis du froid et de la pluie le lendemain... »

 Moi aussi, je peux vous faire des prévisions...

« Début mai, le mois devait être sec... ça a failli ! », fait remarquer fifi.

Comme Thierry Bouleau sur Facebook : « À l'inverse, ils avaient prévu un mois d'avril très pluvieux. Résultat : pas une goutte de tout le mois dans le sud de la Vendée ! »

popeye76 : « Moi aussi, je peux vous donner la météo : il y a en gros une chance sur deux d'avoir un été chaud et sec. Les prévisionnistes ne savent déjà pas à sept jours alors à deux mois ! (...) Avec le changement climatique, il faut s'attendre à des épisodes extrêmes qui peuvent ruiner les récoltes en quelques minutes !! Alors arrêtez de vouloir prévoir l'imprévisible !!! C'est contreproductif et générateur de frustrations !!!! »

« Dire si la moisson est bonne quand le grain est récolté »

Et Terminé de conclure : « (...) Les producteurs savent parfaitement que ce n'est que lorsque le grain est dans la remorque que l'on peut dire si la moisson s'est bien passée ou pas. Personne ne peut prédire si la météo sera bonne et si les cours seront bons ! Faire des prévisions, c'est ne pas respecter le travail de l'agriculteur qui subit les aléas climatiques et réagit au mieux en fonction. »

Pas de respect pour le travail des agris !

Ludovic Ratheau rétorque : « Exactement, il y a encore beaucoup de facteurs qui peuvent faire basculer le rendement ! (...) »

« Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué en somme ! », résume Jocelyn Christ.

Mieux vaut ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué...

« Malheureusement, la mode est au tout prévoir, tout planifier et tout prédire (...) !!! » déplore Roger Etter.

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet