Menu

Paroles de lecteursLes agriculteurs veulent transmettre des sols vivants à leurs enfants !

« MO, pH, P et K disponibles, sans oublier Mg, sont les premières choses à regarder avant de reprendre des terres agricoles », conseille popeye76. (©Arvalis // Création Terre-net Média)
« MO, pH, P et K disponibles, sans oublier Mg, sont les premières choses à regarder avant de reprendre des terres agricoles », conseille popeye76. (©Arvalis // Création Terre-net Média)

Alors qu'Arvalis-Institut du végétal cherchent à dresser un état des lieux des sols agricoles français, en termes de fertilité biologique notamment, les lecteurs de Terre-net s'inquiètent de l'héritage pédologique qu'ils céderont à leurs successeurs, en particulier à leurs enfants. Selon eux, au-delà des sols vivants, il faut aussi veiller au pH, ainsi qu'aux taux de matière organique et d'éléments minéraux.

 

« Les sols agricoles doivent sûrement en avoir ras-le-bol d'avoir reçu autant de m..., estime conscience. On sera vite contraint de faire avec beaucoup moins de produits pour rendre un sol vivant à nos enfants ! (...) »

Popeye 76 poursuit : « Je ne crois pas qu'on puisse continuer encore longtemps comme ça car du phosphore, il y en a encore dans certaines terres mais il n'est pas disponible... Si l'année est encore sèche, on verra encore des récoltes décrocher en juin avec des ronds qui blanchissent puis s'étendent aux parcelles entières. MO, pH, P et K disponibles, sans oublier Mg, sont les premières choses à regarder avant de reprendre du foncier car au prix où certains reprennent des terres, l'avenir risque d'être compliqué... Et vu le vieillissement de la population agricole, tous ces futurs retraités d'ici 10-15 ans vont bientôt lever le pied sur la fumure. (...) »

Va-t-on pouvoir continuer encore longtemps comme ça ?

« Y a des abus, mais faut pas trop pousser quand même ! »

Sophinette témoigne : « Depuis 1982, je cultive des céréales, betteraves, légumineuses en production de semences. N'étant pas éleveuse, je restitue mes pailles. J'analyse tous les ans du blé : prélèvement 2e quinzaine de juin, toujours envoyé au même labo. Eh bien, j'ai besoin d'apporter en P, K, MgO uniquement l'équivalent des exportations liées à mes rendements. Le pH des sols est stable autour de 7,8-8,2, la matière organique a tendance à augmenter de 0,2 point en moyenne tous les 6-7 ans, le temps d'une rotation quoi. Donc, de là à dire tout et son contraire sur l'état des sols agricoles, faut pas trop pousser quand même ! Bien sûr qu'il y a des abus, mais beaucoup d'agriculteurs sont sérieux, ce qui limite les problèmes. Depuis que l'on m'y oblige, je fais des Cipan et SIE et cela aide quand même à entretenir la fertilité des sols et la disponibilité des éléments nutritifs pour les cultures. »

Titian explique « qu'en effet, même s'il y a des leviers fort pertinents à actionner, il faut faire très attention avec le concept "d'autofertilité" des sols ». « Certains vendent du rêve et oublient facilement les importations massives de paille, déchets verts, compost, jusqu'aux cendres de chaufferie... », juge-t-il.

« Le bon vieux bilan humique n'est pas passé de mode »

titian complète : « Quand on parle fertilité en effet, il ne faut pas oublier les teneurs des sols en éléments P, K, CaO, etc. Ni l'évolution de la matière organique. Je ne suis pas certain qu'un bon vieux bilan humique soit passé de mode. »

Plus les moyens d'acheter de l'engrais de fond...

Pour toutoune, « c'est un peu plus vicieux que cela ». « En réalité, en céréales, la majorité des agriculteurs vivent sur le passé. Chaque année ou presque depuis les années 60, nos prédécesseurs ont apporté des fumures de fond (ah oui, c'est un terme de la vieille école qui a disparu de l'enseignement agricole au profit de l'écologisme bobo), alors la "culture à l'azote", avec très peu d'apport du reste, peut encore durer assez longtemps. Le même problème revient toujours, à savoir les prix de ventes ! Comme ce sont ceux des années 80, on ne peut plus acheter d'engrais de fond au prix de 2021 ! Dernier exemple, lundi dernier : le 18-46 qui a augmenté de 55 % ! » 

« La disparition de l'élevage appauvrit les sols »

Rutabaga incrimine « la politique agricole de Paris qui fait disparaître l'élevage par manque de revenus, y compris dans les régions de cultures ». « C'est grave à long terme car le taux de matière organique des sols, sans apport de fumier, descend. Or, cette matière organique est une éponge qui retient les éléments minéraux et l'eau, très utile en ces années de sécheresse et de canicule, détaille-t-il. La fertilité des sols français, que des générations d'agriculteurs ont élevée et entretenue, diminue.  Sur le long terme, c'est grave et inquiétant. Est-ce que nos responsables politiques le savent et connaissent leur responsabilité ? »

« Ce qui est sûr, c'est que la disparition de l'élevage en France va conduire encore plus vite à l'appauvrissement des sols, enchaîne popeye76. On laisse croire aux jeunes agriculteurs qu'ils vont y arriver avec les couverts végétaux et un travail minimal du sol. Or, les tonnes de phosphore exportées avec les grains de céréales ne vont pas revenir avec la pluie... (...) Attendez-vous à voir les rendements chuter rapidement car l'azote bombardé pour produire toujours plus est une solution à très court terme et surtout pas durable une fois qu'il n'y a plus de "fond"... »

Journaliste installation/transmission des exploitations

Réagir à cet article

Sur le même sujet