Menu

Fertilisation ultra-localiséeAvec Pudama, Kverneland économise 25 % d'engrais sans nuire au potentiel

Kverneland entend diminuer la quantité d'engrais de 25 % grâce à sa technologie Pudama. (©Terre-net Média)
Kverneland entend diminuer la quantité d'engrais de 25 % grâce à sa technologie Pudama. (©Terre-net Média)

Après la pulvérisation, c'est désormais la fertilisation qui bénéficie de la précision du matériel. Kverneland a réussi à développer une solution qui dépose uniquement une gerbe d'engrais sous chaque graine. Jusqu'à 25 % d'économie sur la quantité épandue, le tout sans porter préjudice au potentiel de rendement de la culture. Sans oublier le débit de chantier puisque la marque affirme être précise jusqu'à 15 km/h en conditions de semis de maïs.

 

Kverneland propose désormais d'optimiser l'utilisation des intrants grâce à sa technologie de fertilisation ultra localisée installée sur sa gamme de semoirs monograines Optima. Son nom : Optima TFprofi SX Pudama. La solution semble également intéressante du point de vue économique, particulièrement en ces temps de flambée des prix.

En soit, localiser l’engrais au moment du semis n'est pas une nouveauté, la pratique est déjà régulièrement employée. Cependant, la marque y ajoute de la précision pour accroître les économies et renforcer l'efficacité du système. Développé à l’usine de Soest en Allemagne, en coopération avec l’université de sciences appliquées de Cologne, le dispositif permet de faire davantage avec moins. En clair, des paquets d’engrais sont placés en dessous de chaque graine plutôt que d'en épandre sur tout le rang.

Précision garantie jusqu'à 25 gerbes d'engrais par seconde

En pratiquant ainsi, l'engrais est directement situé dans la zone proche des racines, rendant les éléments nutritifs directement assimilables. Sans oublier la quantité de matière emportée par lixiviation. Selon les résultats de l'étude menée à l'université, le principe diminuerait de 25 % la quantité apportée sur la culture de maïs.

Technique Pudama
Le principe est simple : synchroniser le fertiliseur et le disque de semis pour lâcher une gerbe d'engrais sous chaque graine semée. (©Kverneland)
 

Techniquement, l'engrais est collecté au niveau de la descente puis expulsé au sol grâce à un flux d'air. La synchronisation avec l'élément semeur s'effectue grâce à un capteur, qui permet de déposer l'engrais au même endroit que la semence. A souligner que la précision du placement de la graine obtenue par le semoir Optima SX et son système pressurisé, est garantie jusqu'à 25 gerbes d'engrais par seconde, soit un semis à environ 15 km/h avec du maïs. Le constructeur annonce la disponibilité pour l'heure sur les modèles à châssis traîné repliable Optima TFprofi.

Sur maïs, la marque annonce 25 % d'engrais en moins

Au champ, les essais indiquent qu'il est possible de réduire la quantité de 25 % sans entamer le potentiel de rendement de la culture. Autrement dit, le gain financier peut vite être important pour l'agriculteur. En chiffres, si l'on se base sur 300 ha de maïs, surface sur laquelle l'exploitant applique 150 kg/ha de DAP 18-46, vendu à 700 €/t*, l'économie réalisée est de 26,25 €/ha, soit 7 875 € sur la saison. Sans oublier l'aspect environnemental. À l’échelle nationale, ce sont plusieurs milliers de tonnes d’engrais qui pourraient être économisés sans dégrader la productivité de la culture. 

Le système Pudama
Pudama peut gérer avec précision jusqu'à 25 gerbes d'engrais par seconde, soit un semis à environ 15 km/h. (©Kverneland)
 

L'idée a d'ailleurs séduit le jury allemand du prix NRW Efficiency Award 2021, elle a remporté le prix pour son potentiel en termes de protection des ressources et de l’environnement ainsi que pour l’effort industriel réalisé pour rendre l'innovation plus durable.

Réagir à cet article

Sur le même sujet