Menu

Jeunes agriculteursLes propositions de JA pour le pacte d’orientation et d’avenir agricole

Arnaud Gaillot, président de Jeunes agriculteurs, a présenté le bilan de l'année passée et les défis du syndicat pour 2023, le 19 janvier. (©Jeunes agriculteurs)
Arnaud Gaillot, président de Jeunes agriculteurs, a présenté le bilan de l'année passée et les défis du syndicat pour 2023, le 19 janvier. (©Jeunes agriculteurs)

Réduire le fossé entre les jeunes et l’agriculture, mieux accompagner les transmissions, moderniser l’accompagnement à l’installation, accélérer l’adaptation au changement climatique sont autant de thématiques sur lesquelles Jeunes agriculteurs défendra ses propositions dans le cadre de la réflexion autour du pacte d’orientation et d’avenir agricole qui va occuper la profession au cours des six premiers mois de 2023.

2023, année du pacte d’orientation et de « l’espoir pour le renouvellement des générations », a salué Arnaud Gaillot, président de Jeunes agriculteurs, lors de la conférence de début d’année du syndicat, le 19 janvier. L’élaboration de ce texte fait partie des victoires de 2022 pour JA, qui a vu le président de la République annoncer le lancement de la concertation à l’occasion des Terres de Jim, où il s’est rendu pour la deuxième année consécutive. « C’est une satisfaction car cela fait des années qu’on demande chez JA de se reposer les questions de quelle agriculture on veut dans les années à venir, et du défi du remplacement des agriculteurs qui partent à la retraite », souligne Arnaud Gaillot.

Moderniser entièrement la formation

Afin d’orienter vers l’agriculture et de former des publics plus nombreux, JA souhaite une modernisation globale de la formation, généraliste comme agricole, pour sensibiliser les publics dès le plus jeune âge, renforcer l’attractivité des formations agricoles en développant, entre autres, l’innovation dans les parcours de formation et les différents réseaux de formation, explique Jérémy Giroud, vice-président de JA. Il s’agit de « réduire le fossé sociologique entre les jeunes et l’agriculture », souligne Arnaud Gaillot, qui souhaite aller davantage au contact des potentiels futurs agriculteurs.

Un livre blanc sur la transmission

Indispensable pour accélérer les installations, l’accompagnement des transmissions fait partie des sujets clés de la réflexion chez Jeunes agriculteurs. Le syndicat propose de mieux sensibiliser à cette question et de professionnaliser la démarche avec un diagnostic économique, humain et environnemental. Pour faciliter la transmission, JA souhaite également la création d’un dispositif fiscal et social, et d’un outil de portage. 

Installation et accès au foncier

JA entend également « remettre le porteur de projet au cœur de la transmission ou de l’installation » pour moderniser l’installation, en développant des outils mieux adaptés comme des droits à l’essai, de la flexibilité, indique Jérémy Giroud. Dès le départ, un outil de pilotage doit être utilisé pour garantir la viabilité économique, sociale et environnementale du projet. Enfin, une réflexion sur la viabilité du métier apparait incontournable pour le syndicat qui entend également remettre le salariat et le service de remplacement au cœur des enjeux.

Des moyens pour lutter et s’adapter face au changement climatique

Jeunes agriculteurs demande également un investissement public et privé massif dans le développement et la recherche autour de l’agriculture, face à la nécessaire adaptabilité des productions dans un contexte de changement climatique. Le syndicat propose également la généralisation des diagnostics collectifs et individuels pour tester la résilience des exploitations face au changement climatique, ainsi qu’une meilleure rémunération des pratiques plus durables.

Bilan 2022 : photovoltaïque, reconnaissance de l’actif agricole…

Le syndicat a également dressé une liste rapide des victoires de l’année passée, revenant sur le succès de son évènement les Toqués de l’agriculture, qui a réuni 30 000 personnes sur trois jours à Paris, mais également les avancées, dans la réforme de la Pac, sur la reconnaissance de l’actif agricole notamment via les paiements forfaitaires pour la transparence des Gaec, pour les jeunes qui s’installent. « C’est une vraie reconnaissance de l’agriculteur actif, pas de la forme sociétaire, ce qui va dans le sens qu’on pousse depuis des années », souligne Arnaud Gaillot, qui salue également l’interdiction de cumuler la pension de retraite et les aides Pac à partir de 67 ans.

Enfin, JA salue les avancées permises par le projet de loi sur l’accélération des énergies renouvelables, avec une définition encadrée de l’agrivoltaïsme. Sur le photovoltaïque au sol, auquel le syndicat s’est toujours catégoriquement opposé, Arnaud Gaillot évoque « une victoire en demi-teinte », puisque si le développement à grande échelle est interdit par la loi, l’installation sur des terres incultes ou non exploitées depuis plus de 10 ans sera possible.

Réagir à cet article

Sur le même sujet