Menu

Assurance multirisque climatiquePour son assurance prairies, Axa cible d’abord les « clients complets »

Axa va se servir de l'indice de production fourragère de la société Airbus DS pour mesurer la baisse de production d'herbe. (©Terre-net Média)
Axa va se servir de l'indice de production fourragère de la société Airbus DS pour mesurer la baisse de production d'herbe. (©Terre-net Média)

Troisième acteur du marché de l’assurance en agriculture, Axa est le quatrième assureur à proposer aux éleveurs une assurance pour leurs prairies. A l’instar de ses concurrents, Axa considère 2016 comme une année de rodage de son offre.

Avec Groupama, Aviva et Crédit agricole, Axa est le quatrième assureur à proposer aux éleveurs une assurance pour leurs prairies. « La souscription de l’offre d’assurance prairie est réalisée par les agents généraux Axa, géographiquement proches des exploitants agricoles et qui connaissent très bien leur contexte professionnel et leurs besoins », explique l’assureur. Le contrat d’Axa propose évidemment des niveaux de garanties « respectant les exigences minimales fixées par les pouvoirs publics et la profession agricole ». A ce titre, le contrat est éligible aux subventions européennes.

Comme ses concurrents, Axa se servira de l’IPF, « l’indice de production fourragère » fourni par la société Airbus DS pour mesurer la baisse de production.

L’ensemble des surfaces en herbe sont assurables : les surfaces herbacées temporaires, les prairies et pâturages permanents, les autres fourrages et prairies artificielles composées de légumineuses et graminées variées, les légumineuses fourragères et autres fourrages en mélange.

Les conditions imposées par le comité national de gestion des risques en agriculture prévaleront évidemment dans les contrats d’Axa : le capital garanti ne pourra excéder 900 €/ha pour les prairies temporaires et permanentes, et 1 490 €/ha pour les prairies artificielles. Le seuil de déclenchement de l’assurance est fixé à 30 % avec une franchise minimale de 25 %.

Les clients complets ciblés en priorité

L’indemnité est déterminée en comparant la production de l’année du sinistre, mesurée par l’IPF, avec la production moyenne olympique (sur les cinq dernières années en enlevant les extrêmes) ou triennale mesurée par l’IPF sur la même zone. Elle correspond au produit entre le taux de perte calculé et le capital total assuré par le contrat, déduction faite de la franchise.

« Une adaptation aux besoins spécifiques de chacun des clients, notamment en matière de montants de capitaux et de niveau de franchise reste possible », rappelle l’assureur. L’offre est déjà disponible et peut être souscrite jusqu’à fin mars 2016. « Elle est destinée en priorité à couvrir les surfaces en prairies des clients en portefeuille qui sont souvent des « clients complets » mais sans exclusivité pour autant.

Axa entend démarrer « graduellement la commercialisation de cette nouvelle assurance ». « Nous n’irons pas au-delà de quelques centaines de contrats pour cette première campagne. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet