Menu

Assurances climatiquesAviva lance son contrat d’assurance des prairies

L'indice de production fourragère est évalué chaque mois, grâce aux relevés satellitaires. (©Terre-net Média)
L'indice de production fourragère est évalué chaque mois, grâce aux relevés satellitaires. (©Terre-net Média)

Comme Groupama, le Crédit agricole (Pacifica) et Axa, le groupe d’assurances Aviva propose en 2016 une assurance climatique pour les prairies reposant sur des données satellitaires permettant de mesurer le niveau de pousse d’herbe sur l’ensemble de la campagne. L’offre Aviva peut être souscrite d’ici fin février pour l’année 2016.

L’assureur Aviva se positionne, à l’instar du Crédit agricole, de Groupama et d’Axa, sur le marché de l’assurance des prairies en proposant son offre depuis début janvier 2016.

Les contrats d’assurance Aviva seront adossés à un indice mensuel de la pousse d’herbe, de début mars à fin octobre. Concrètement, le niveau de l'indice de production fourragère sera comparé au niveau communal avec la moyenne olympique, c’est-à-dire la moyenne excluant la valeur la plus basse et la plus haute, des cinq dernières années. Dès lors que sa valeur sera de 30 % inférieure à la moyenne, correspondant au seuil de perte imposé par le dispositif européen de subvention, l'indemnisation de l'éleveur sera déclenchée sur la base d'un capital assuré dont le montant sera préalablement choisi par ce dernier.

Pour bénéficier d’une subvention, le contrat d’assurance devra inclure une franchise d’au moins 25 %. « Nous proposons également des contrats avec une franchise plus élevée, explique Luc Pasquier, responsable du marché agricole pour le groupe. Ils seront également subventionnables et moins chers. Une franchise plus basse pourra être proposée mais la cotisation correspondante ne pourra pas être subventionnée. »

Egalement fixé par le Conseil national de gestion des risques en agriculture du 9 décembre 2015, le capital maximum assurable sera de 1 490 €/ha pour les prairies artificielles, 900 €/ha pour les prairies permanentes et temporaires, et 260 € pour les cultures peu productives.

Coût moyen de 30 €/ha

Aviva annonce un coût moyen de son offre d’assurance de l'ordre de 30 €/ha « avant déduction de la subvention ». Le taux de la subvention pourra atteindre 65 % en fonction de l'enveloppe disponible. Sur le terrain, le coût sera variable en fonction du capital assuré, du niveau de franchise retenu mais aussi de la petite région agricole où se trouve l’exploitation. Le niveau de risque, et donc la grille de tarification, est déterminé par petite région agricole. « Quatre niveaux de tarification différents seront appliqués. »

Aviva entend se démarquer de ses concurrents au niveau de l’évaluation finale de la perte de fourrages. L’évaluation reposera principalement sur la mesure de l’indice de production fourragère fourni par la société Airbus Defense & Space. « Mais l’éleveur gardera la possibilité, tout au long de l’année, de demander une expertise sur le terrain. Cela permettra de vérifier si l’évolution de l’indice est en adéquation avec les pertes subies par l’éleveur, explique Luc Pasquier. Pour cette première année de test, nous souhaitons garder un contact étroit avec les souscripteurs. »

Autre particularité : la cotisation d’assurances sera à régler « à terme échu » au mois d’octobre.

Pour cette première année d’application, le groupe d’assurances estime à 21 % la part des éleveurs intéressés par la souscription d’une assurance prairies. « Nous espérons la souscription de 300 à 500 contrats en 2016. » La période de souscription est ouverte depuis le 4 janvier et jusqu’au 29 février 2016.

Réagir à cet article

Sur le même sujet