Menu

Interprofession des semences« Plan protéines : un soutien bienvenu à la filière semences fourragères ! »

Le Gnis réagit favorablement au "Plan protéines végétales" présenté par Stéphane Le Foll le 16 décembre 2014.

« Face à l’enjeu de reconquête de l’indépendance de la France en protéines végétales, le ministère de l’Agriculture a été sensible à la nécessité d’une production de semences fourragères garantissant la qualité et la variété des prairies implantées par les éleveurs et renforçant ainsi l’autonomie des systèmes d’élevage.

En effet, les surfaces semées en prairies représentent environ 18 % des surfaces totales de fourrages (maïs, betterave, prairies permanentes et semées…), 24 % de la ressource fourragère en masse et 35 % de l’apport en matières azotées totales.

Avec la mise à disposition des éleveurs de plus de 20 espèces et 600 variétés prairiales, le secteur semences peut contribuer très fortement à l’approvisionnement et à l’autonomie en protéines des élevages de ruminants.

Le ministre de l’Agriculture vient de présenter aujourd’hui le "plan protéines végétales pour la France 2014-2020". Celui-ci comprend une aide de 4,5 millions d’euros annuels en faveur des productions de semences de légumineuses fourragères et de graminées, qui permettra de redonner de la compétitivité à ce secteur. Cette aide permettra aussi de mettre à disposition des éleveurs, dans de meilleures conditions, les variétés créées par les sélectionneurs pour répondre à leurs besoins.

Enfin, dans le cadre de la négociation des accords interprofessionnels sur les semences de ferme mettant en œuvre la loi de 2011, les sélectionneurs de variétés fourragères se sont engagés à prendre en compte cette aide à la filière pour faire en sorte que l’accès au progrès génétique des éleveurs utilisant des semences de ferme ne génère aucun coût. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet