Menu

Marché foncierQuel prix des terres agricoles en Provence-Alpes-Côte d'Azur en 2020 ?

À 12 230 €/ha, les prix des terres libres en Paca ont encore augmenté en 2020. (©Terre-net Média)
À 12 230 €/ha, les prix des terres libres en Paca ont encore augmenté en 2020. (©Terre-net Média)

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le prix moyen de l’hectare libre atteint 12 230 euros, une progression importante en un an, mais qui masque les disparités entre les secteurs montagneux ou d'arrière-pays, moins cotés, et les terres viticoles ou à proximité des villes.

 

Avec une demande soutenue dans la région, les prix du foncier agricole libre non bâti ont bondi de + 18,7 % en 2020, atteignant 12 230 €/ha. Néanmoins, la disparité est importante entre les territoires, avec une forte concurrence sur certaines terres viticoles, ou une forte attractivité des zones de vallées, plaines et plateaux, quand certains secteurs d’arrière-pays ou de montagne tirent les prix vers le bas.

C’est dans les Alpes de Haute-Provence que les prix s’avèrent les plus bas, en moyenne à 6 310 €/ha, soit une diminution de - 3 % par rapport à 2019. À l’inverse, ils culminent à 15 840 €/ha dans les Bouches-du-Rhône, malgré une baisse de – 3 % par rapport à l’année passée. Le département reste en effet le plus propice à l’agriculture, mais la concurrence est forte et la densité de population y accentue les tensions sur les terres.

Dans le Var, les prix repartent à la hausse, atteignant 13 310 €/ha (+ 3 %), dans un contexte concurrentiel, avec une forte demande foncière. La tendance est notamment haussière pour les secteurs viticoles, et les prix culminent dans les terres maraîchères et horticoles (jusqu’à 100 000 €/ha). Dans le Vaucluse, les prix sont stables mais restent élevés, à 13 800 €/ha. Enfin, dans les Hautes-Alpes, les prix atteignent 9 600 €/ha, avec une stagnation globale mais des surcotes dans certains secteurs (en fond de vallée pour l’Embrunais et le Briançonnais, ou sur Terre en front de neige pour la Guisane et Montgenèvre).

Les prix des terres louées ne sont pas suffisamment significatifs pour en tirer des statistiques.

Journaliste politique et économie

Réagir à cet article

Sur le même sujet