Menu

Fédération nationale bovineAu vu de la demande mondiale et européenne, le hold-up de l’aval doit cesser

Les prix à la production en France doivent bénéficier du retour d'une conjoncture plus favorable selon la Fnb. Les entreprises de l'aval ont reconstitué des marges importantes depuis 2013 avec un prix consommateur toujours en croissance.

« Le marché de la viande bovine présente pour 2015 des perspectives plus favorables constate le Bureau de la Fédération Nationale Bovine, réuni le 18 mars. La consommation, équilibrée en 2014, affiche une progression sur les premières semaines de 2015, les exportations sur pays-tiers donnent des signes de reprise, la demande intérieure se trouve confortée par l’objectif du « manger français » avec une évolution progressive des acteurs de la Rhd. Plus globalement, la demande tire le marché au plan mondial et européen.

En conséquence, les prix à la production en France doivent bénéficier de cette conjoncture et se redresser plus nettement, d’autant que les entreprises d’aval ont reconstitué des marges importantes depuis 2013 avec un prix consommateur toujours en croissance.

Il y a urgence à rétablir la situation de trésorerie et de rentabilité des exploitations. La Fnb appelle les éleveurs à afficher la plus grande fermeté dans leurs demandes de valorisation des animaux, et à ne pas se laisser intoxiquer par de faux-arguments portés par leurs acheteurs. Il n’y a pas de stocks d’animaux en ferme ni de stocks de viande en entreprises. Et la meilleure dynamique sur le marché laitier minore les sorties de vaches de réforme après l’afflux de 2014. Les éleveurs eux aussi, comme l’aval, ont un coût de production à couvrir par le prix de vente de leurs produits !

Dans le même temps, concernant la situation financière des exploitations, la Fnb attend des propositions des Pouvoirs publics sur base de l’audit que doit rendre le Cgaeer. Des mesures de plus grande ampleur doivent être mobilisées par le Ministère pour des allègements de charges, et sur le plan des annuités en relation avec les banques. L’Etat se doit aussi de tout mettre en œuvre pour assurer le versement dans les meilleurs délais du solde de la Pmtva 2014. D’ici là, la Fnb appelle les éleveurs à stopper tout paiement auprès de l’ensemble de leurs fournisseurs.

Dans une perspective de maintien d’emploi et d’activité en territoire rural, le secteur de la production viande bovine, pivot essentiel dans ces domaines, doit bénéficier de leviers d’action pour investir, innover et se moderniser. Il faut pour l’Elevage un équivalent au « Cice » !

Enfin, la Fnb rappelle l’importance de dynamiser la production en France en adaptant les seuils réglementaires des installations classées (Icpe) pour les ateliers d’engraissement de bovins, et de favoriser le photovoltaïque sur bâtiments d’élevage. »

Réagir à cet article

Sur le même sujet