Menu

Diagnostic du solDes outils simples pour évaluer son sol

Slake test, méthode du slip ou des thés, pot barber, test bêche... Leur point commun : ils représentent tous des outils simples à mettre en place pour réaliser un diagnostic de son sol. Détails.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Sandie Masson du centre de vulgarisation agricole suisse, Agridea, nous présente, en vidéo, cinq outils de diagnostic du sol faciles d'utilisation : 

  • La méthode du slip :

Elle permet « d'analyser l'activité biologique du sol et la dégradation de la matière organique ». Question mise en place, il suffit de se munir de slips en coton et de les enfouir dans les parcelles choisies de manière verticale : « seul l'élastique doit sortir du sol ».

Au bout de trois mois, on peut les récupérer pour « voir les résultats, explique Sandie Masson. Cela montre notamment l'effet de la macrofaune et de la microfaune du sol. La dégradation va aussi dépendre de la culture mise en place et des pratiques pendant l'itinéraire cultural ».

  • Le slake test

Le slake test correspond à un test de stabilité structurale, qui illustre « la stabilité des agrégats en surface du sol ». Il existe du matériel standardisé pour cela.

Sinon, on peut aussi faire l'expérience avec des pots à cornichons. « Dans un premier temps, on remplit ces pots d'eau à deux tiers du volume et on y insère une petite motte de terre des parcelles choisies, ainsi que celle d'un témoin (prairie ou parcelle dont on connaît la bonne fertilité) pour faire la comparaison ». « Au bout d'une minute, on secoue cinq fois la motte et on regarde les pots cinq minutes après le début de l'expérience ». On peut ensuite évaluer la motte selon six classes : la première où « la motte ne résiste même pas à une minute de trempage » et la dernière quand « la motte résiste de manière complète aux cinq minutes dans l'eau et au secouage ».

  • La méthode des thés verts et rooibos :

Cette méthode des thés est un peu plus compliquée à mettre en œuvre que le test du slip, mais aboutit à une « information plus précise et plus détaillée sur la microfaune du sol ». Comment cela se déroule ? On enterre, pour trois mois, deux sachets de thé, vert et rooibos, à 8 et 15 cm de profondeur. « Le thé vert va se dégrader beaucoup plus rapidement que le thé rooibos. »

« La méthode est réalisée avec la marque de thé Lipton, car leurs sachets en nylon ne sont pas biodégradables. Ainsi seulement l'intérieur des sachets va être dégradé », précise Sandie Masson. « Au bout de trois mois, on découpe le nylon et on pèse l'intérieur du sachet avec une balance de précision. Préalablement, il faut sécher pendant 48 h à 70 degrés ». 

  • Le pot Barber :

Le pot Barber sert, lui, à « observer la vie biologique présente sur le sol. On s'intéresse aux carabes, aux araignées, aux staphylins et autres auxiliaires de cultures... C'est aussi un bon indicateur du fonctionnement du sol ». Pour cela, on peut « utiliser un pot de 1 kg (miel par exemple) avec idéalement un diamètre de 8 cm. Il est enterré à la surface du sol, et rempli aux deux tiers avec de l'eau et une goutte de savon ou liquide vaisselle inodore. Au bout de sept jours, on peut observer le contenu : cela nous donne une indication des espèces présentes, leur abondance et leur diversité ». 

  • Le test bêche :

Facile d'utilisation, le test bêche permet « d'observer la structure et la vie biologique du sol. Il donne également des indicateurs pour mesurer sa fertilité ». 

Réagir à cet article

Sur le même sujet