Menu

CéréalesCinq nouveaux cargos au départ d'Ukraine dimanche

Cinq cargos chargés de céréales prendront la mer ce dimanche au départ des ports ukrainiens de Tchernomorsk et Odessa afin de poursuivre l'exportation des céréales, a annoncé samedi soir le Centre de coordination conjointe (CCC) qui supervise les opérations.

Au total, ces bateaux transportent plus de 161 000 tonnes de maïs et de produits alimentaires vers la Turquie, la Chine et l'Italie, selon le CCC qui suivra leur progression jusqu'à Istanbul, où ils seront inspectés au large avant d'emprunter le Bosphore.

Avec ces nouveaux départs, les exportations de céréales ukrainiennes trouvent progressivement un rythme régulier. Le CCC précise, dans un communiqué, qu'il est en train de « finaliser les procédures d'exportation régulières » dans le cadre de l'Initiative de la Mer noire pour les céréales, nom officiel de l'accord. « Les horaires pourront être affectés par les préparatifs et les conditions météo ou tout autre circonstance imprévue », précise-t-il.

Parallèlement le centre a autorisé le cargo MV Osprey à appareiller, à vide, pour Tchernomorsk dès qu'il aura été inspecté dimanche, au large d'Istanbul.

Le CCC est établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé le 22 juillet entre la Russie l'Ukraine, la Turquie et l'Onu. Cet accord libère les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes, malgré les sanctions occidentales.

Samedi soir, les experts ont terminé l'inspection du Navistar, qui avait quitté Odessa vendredi pour l'Irlande. Deux autres bâtiments partis en même temps seront inspectés dimanche, précise-t-il.

Dans son adresse aux Ukrainiens samedi soir, le président Volodymyr Zelensky s'est félicité de la relance des exportations par la mer des productions agricoles ukrainiennes. « Nos ports de mer Noire fonctionnent », a-t-il dit.

« Mais le principal risque, la sécurité, demeure. Le danger d'une provocation russe et d'actes terroristes perdure. Chacun doit en avoir conscience. Mais si nos partenaires remplissent leurs obligations et garantissent la sécurité des livraisons, cela résoudra la crise alimentaire mondiale », a-t-il ajouté.

Réagir à cet article

Sur le même sujet