Menu

Synthèse - Enseignement agricoleLes élèves y sont-ils à bonne école ?

L'enseignement agricole offre une très large palette de formations et de métiers possibles. (©Countrypixel, Fotolia)<br />
L'enseignement agricole offre une très large palette de formations et de métiers possibles. (©Countrypixel, Fotolia)

Fin septembre, le bon moment pour rassembler les infos parues depuis la rentrée sur l'enseignement agricole, mais aussi celles publiées avant. Ceci pour mieux cerner les spécificités et intérêts de ce système éducatif qui forme depuis des décennies les futur(e)s agriculteurs et agricultrices, comme ceux et celles qui travaillent à leurs côtés. D'autant que le Sénat examine ce mercredi le rapport de la mission d'information sur l'enseignement agricole, créée suite au constat du manque de moyens lui étant accordés malgré ses atouts indéniables.

Avec 6 000 inscrits supplémentaires pour la rentrée 2021, l'enseignement agricole semble séduire de plus en plus d'élèves, de filles notamment (44 %) et de jeunes non issus du milieu agricole puisqu'un élève sur 10 seulement est enfant d'agriculteur (contre 4 sur 10 en 1990). Le nombre d'apprentis est également en constante hausse, en particulier depuis la réforme de l'apprentissage

Ces tendances favorables sont le fruit de spécificités et d'atouts tels qu'une offre très large de formations et de débouchés, en filière générale, technologique, professionnelle et supérieure, des établissements à taille humaine, en lien avec les entreprises et le territoire, un enseignement concret avec un accompagnement personnalisé, des taux élevés de réussite aux examens et d'insertion professionnelle, etc. 

Qui de mieux placé pour parler des avantages de l'enseignement agricole que les collégiens, les lycéens et les étudiants, leurs professeurs et le personnel encadrant ? « J'ai pu d'acquérir la technicité qui me manquait », constate entre autres Élisa. « On m'a tout de suite fait confiance et cru en mon potentiel. Je suis plus heureux en classe et mieux accompagné », ajoute pour sa part Julien. 

Quelques idées reçues subsistent cependant sur l'enseignement agricole, freinant son développement malgré une progression encourageante des effectifs. Il souffre notamment d'une image quelque peu dévalorisée, surtout parce qu'il est méconnu. D'où l'importance de communiquer, ce que s'efforce de faire le ministère de l'agriculture depuis plusieurs années.

À noter également : tous les ans, le concours "Je filme le métier qui me plaît", qui comporte une catégorie "agriculture et territoires", participe à faire connaître les professions du secteur.

Attention, toutefois, à « ne pas vendre que du rêve aux jeunes ! », alerte Joël Philippe, éleveur laitier, qui reçoit régulièrement des élèves sur son exploitation. À savoir aussi, le Sénat avait fait 10 propositions pour conforter l'enseignement agricole en juin 2020. Et ce 29 septembre 2021, il examine le rapport de la mission d'information sur l'enseignement agricole, mise en place en février dernier suite au constat du peu de moyens lui étant réservés alors que c'est une filière « d'excellence », explique Nathalie Delattre, sénatrice et rapporteure du budget alloué pour cette année.

Source : certains de ces articles ont été réalisés à partir des informations issues de deux webinaires du Cneap (Conseil national de l'enseignement agricole privé) de mars et juin 2021, diffusés sur Youtubeet intitulés "Me former dans l'enseignement agricole, le champ des possibles" et "L'enseignement agricole, en route vers votre réussite professionnelle".

Sommaire

Enseignement agricole

Réagir à cet article

Sur le même sujet