Menu

AgrivoltaïsmeLa canopée agricole, l'ombrière photovoltaïque pensée pour les grandes cultures

La Canopée agricole : photo en 3D du premier démonstrateur agrivoltaïque TSE situé en Haute-Saône. (©TSE)
La Canopée agricole : photo en 3D du premier démonstrateur agrivoltaïque TSE situé en Haute-Saône. (©TSE)

Le producteur d'énergie solaire TSE annonce le développement du « plus gros démonstrateur agrivoltaïque en France », composé de 10 sites pilotes de 6 ha chacun, et pensé spécifiquement pour les grandes cultures mais compatible aussi avec l'élevage.

Le producteur d'énergie solaire TSE présente sa solution d'ombrière agrivoltaïque baptisée "la canopée agricole", conçue spécifiquement pour le secteur des grandes cultures mais aussi l'élevage. Il s'agit selon Mathieu Debonnet, président de TSE, « du plus grand démonstrateur agrivoltaïque en France avec comme objectif de réaliser 1 GW d’ici 2025 ».

Concrètement, cette ombrière est équipée de panneaux solaires rotatifs installés à 5 m de hauteur au-dessus d’un terrain agricole. Selon TSE, « l’emprise au sol de l’ombrière est de 0,5 %, avec 27 m entre deux poteaux ». Ce qui rend cette solution compatible avec l’utilisation de la plupart des engins agricoles (moissonneuses-batteuses, pulvérisateurs…) et permet ainsi le maintien de toutes les activités de grandes cultures (blé, maïs…) et d’élevage (bovins, ovins).

« La solution est équipée de trackers qui permettent l’inclinaison des panneaux suivant l’axe du soleil d’est en ouest, générant un ombrage partiel et tournant sur la parcelle tout au long de la journée. Avec 400 capteurs solaires et agronomiques répartis sur l’ombrière, l’inclinaison des panneaux est pilotée automatiquement et peut s’adapter à certaines conditions climatiques (vent, grêle, gel, pluie…). »

Les ombrières permettront d'atténuer les stress thermique et hydrique, puisque les températures en dessous seront plus basses en période estivale et l'évapo-transpiration également. TSE précise également qu'un système d'irrigation pourra être intégré à la solution. 

Le premier démonstrateur sera situé en Haute-Saône et sera dévoilé en septembre 2022. Des essais agronomiques y seront menés pendant 9 ans. Au total, 10 exploitations pilotes ont été retenues. « Un bail emphytéotique de 40 ans, qui prévoit le versement d’une indemnité partagée entre propriétaire et exploitant » est signé pour chaque projet, précise le constructeur. Rendez-vous en fin d'année pour suivre le démarrage de ces essais !

Réagir à cet article

Sur le même sujet